Sounds Mag’

Accueil > Francais > Cinéma > « Effacer l’historique » de Gustave Kervern et Benoit Delépine

« Effacer l’historique » de Gustave Kervern et Benoit Delépine

dimanche 6 septembre 2020, par Sébastien Bourdon

Hand Cannot Erase

Le duo Kervern Delépine reprend la caméra, et la route par la même occasion, et s’attache dans le même mouvement à suivre les pérégrinations de quelques fracassés de la vie (Blanche Gardin, Denis Podalydès, Corinne Masiero).

Ils se sont rencontrés sur les rondpoints avec les Gilets Jaunes, épopée au cours de laquelle s’est forgée leur amitié. Ces braves et plutôt pauvres gens (ni caricaturaux, ni complètement réalistes) voient en effet leurs existences difficiles encore compliquées par les phénomènes de l’Internet : sextape, notation Uber, harcèlement scolaire, addiction aux écrans etc.

Accablés par ces nouvelles difficultés, ils décident de s’unir contre les GAFA. Évidemment ces pieds nickelés ne font pas franchement le poids face à Zuckerberg et consorts, mais cela ne freine pas leurs ardeurs, de toute façon, la situation est désespérée (et désespérante).

Il y a une manière d’être politique, d’être drôle et d’être cinéaste dans les films de ce duo. Dès la première image, le premier cadre, les choix esthétiques et narratifs s’imposent : la pellicule comme usée, le refus du champ-contrechamp, beaucoup de plans audacieux (très larges, avec l’action dans un coin de l’écran) etc. On pourrait probablement parler d’une permanente volonté de décalage.

Il y a donc un refus permanent de l’évidence, sans jamais cesser d’être créatif et pertinent, puisque sous ce foisonnement d’idées ne se dissimule surtout pas le propos : évoquer une certaine folie de l’époque numérique.

On pourrait se croire chez Ken Loach, mais avec l’envie de rigoler, parfois jusqu’au malaise. On n’est toutefois pas franchement chez Lubitsch ou Rappeneau, et ce n’est donc pas sur un rythme effréné que s’enchaînent les gags.

On rit donc, mais parfois jaune, de cette lutte pas franchement finale, aussi absurde que le monde dans lequel elle se déroule.

Sébastien Bourdon

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.