Sounds Mag’

Accueil > Francais > Musique > City on Flame (with rock n’roll)

City on Flame (with rock n’roll)

vendredi 26 février 2021, par Sébastien Bourdon

Paris n’est que l’ombre d’elle-même. Pire peut-être, elle n’est plus qu’un cadavre en décomposition. Ça ne date pas du COVID cette affaire, mais tout de même, cette ville n’est définitivement rien sans sa vie socio-culturelle. Rien, ou tout juste un musée à ciel ouvert avec plein de magasins de fringues autour.

Si les salles de spectacle restent fermées, il reste loisible d’acheter des instruments de musique. Rappelons d’ailleurs combien il est précieux de savoir jouer de quelque chose (même mal) en ces temps enfermés. Le monde extérieur se refuse à nous offrir cette respiration, alors allons la chercher en nous-mêmes.

Et c’est ainsi qu’après avoir mangé une crêpe debout dans la rue – « Faites pénitence, la fin des temps est venue » crie le prophète Philippulus - avec mon fils aîné nous nous sommes dirigés vers une échoppe de notre connaissance rue de Douai.

On a auparavant fait un saut à la Baguetterie pour faire réparer ma pédale de charley, mais c’est un détail (même si j’ai essayé absolument toutes les batteries devant mon fils plongé dans un livre, probablement un peu navré par son géniteur).

Dans le magasin de guitares (Centrale Guitars), on a pris notre temps, je l’ai regardé essayer des instruments, tous plus beaux les uns que les autres.

J’ai même essuyé une larme discrète lorsqu’il a joué l’intro en tapping du « Return of the Giant Hogweed » (Genesis « Nursery Cryme  » 1971). Il a finalement laissé toutes ses économies de fraîchement majeur dans une Fender Stratocaster rutilante.

En sortant, on a croisé le guitariste de Maudits Band, Olivier Dubuc, comprendre le meilleur guitariste du meilleur album de l’année 2020 (l’éponyme « Maudits »). On s’est posé un instant dans son magasin de guitares, on a discuté musique, plaisir de jouer, joie d’écouter (ou l’inverse).

J’en fus le premier surpris, mais en sortant de là, il s’était un instant produit comme un réalignement des étoiles, même s’il fut météoritique. La rue de Douai avait repris son sens et pour un peu on serait monté juste au-dessus, à l’Elysée-Montmartre ou au Trianon, si ça se trouve, il y avait un concert.

Sébastien Bourdon

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.