Accueil > Francais > Musique > Off the Boules Quies

Off the Boules Quies

jeudi 3 juillet 2008, par Sébastien Bourdon

Iron Maiden passait dans notre chère capitale. Passage obligatoire pour Sébastien qui nous en donne une description des moments forts.

Lu, à propos d’Iron Maiden dans le supplément « Sortir » de TELERAMA : deux T et de chaleureuses recommandations (un truc du genre « puissance de feu phénoménale qui a déjà séduit deux générations ») !!! C’est étonnant le temps que mettent certains à se rendre à l’évidence. Don’t believe the hype.

Alors, sans l’avoir totalement planifié à l’avance, mais en l’ayant fermement décidé, nous sommes allés à Bercy pour leur deuxième show consécutif, en ce soir d’été orageux du 2 juillet. A quatre, nous formions un beau panel : le fan hardcore (y était hier et y retourne samedi à Twickenham), la mère de famille exsangue mais curieuse de les voir, le béotien giganticus et votre serviteur. Et paf, CONCERT DE L’ANNEE. Et pourtant, amis lecteurs, vous le savez si vous me lisez (je ne sais pas si je suis lu finalement, j’ai pas les stats), quelle année !!

En réalité, et c’est l’évidence en entrant dans l’arène, il n’y a que deux groupes capables d’incendier de si belle manière une foule : Metallica et Iron Maiden. Nous sommes trois quart d’heure avant le début des hostilités et le public hurle déjà sa joie prochaine en faisant la « hola ». Je n’ai pas entendu une note que déjà je savoure.

Et puis soudain, les lumières s’éteignent, le rideau se lève sur le décor égyptien de pacotille de la tournée Powerslave (1984-1985), tout le monde se dresse (pour ne plus jamais se rasseoir), la clameur couvre les premiers accords de guitares, et hop « Aces High ».

Cette tournée, qui suit de très près celle ayant assuré la promotion de leur dernier opus, A Matter Of Life And Death (2006 - grand disque), consiste en une ultime visite de leur répertoire, de leurs débuts (1980) à l’album Fear Of The Dark (1992). Soit exactement les titres qui ont servi à deux albums live phares de mes années d’étudiant, « A Real Live One » and « A Real Dead One » (1993).

Je n’ai pas touché terre de la soirée. Bruce Dickinson n’a jamais aussi bien chanté, parle toujours un français délicieux (« comment ça va mes copains de metal ?! »), le jeu de basse de Steve Harris reconnaissable entre tous fut phénoménal, et derrière ses fûts, Nicko Mc Brain a été impérial, mélange incroyable de swing, de technique et de puissance.

Et puis, il y a les guitares. Je veux dire, ce groupe joue maintenant quand même avec trois solistes ! Plutôt que d’envoyer balader le remplaçant Gers quand Smith est revenu, on l’a gardé, au nom de l’addition des talents. Cette idée qui pourrait donner le pire du grotesque s’avère totalement géniale comme dirait Philippe Manœuvre. Thin Lizzy avait déjà apporté cette idée du dialogue entre guitaristes, là c’est multiplié encore : les solis se télescopent, se répondent. C’est presque du jazz, on en viendrait à parler de chorus de guitares (so chic). Groupe à l’image et à l’identité très forte, Iron Maiden est en fait un conteur d’histoires magnifiquement portées par ses guitaristes.

Le groupe n’a jamais baissé en intensité et la foule était au diapason. Dickinson persiste à aligner ses célèbres « scream for me », mais c’est en réalité inutile, le public est en délire. Quel plaisir que de se joindre à la foule pour chanter note pour note le solo de guitare de « Fear Of The Dark » entre autres. Je ne vais pas vous faire un name dropping des titres mais quand même « Powerslave », « The Trooper », « Revelations » (ce riff, mon Dieu, ce riff) ou « The Number Of The Beast » (avec un bouc géant sur le côté), c’est de la joie à l’état pur.

Nous avons eu bien sûr droit à un Eddie gigantesque s’extrayant, couvert de bandelettes, du sarcophage en fond de scène. Totalement superfétatoire au regard de la puissance musicale déployée sur scène, mais tellement drôle, et ne prétendant d’ailleurs pas à autre chose.

En réalité, pas de nostalgie, Iron Maiden avance, produit de nouveaux disques (ils retournent d’ailleurs en studio), donne des concerts où ils ne jouent pratiquement que des nouveautés, mais là, c’était un cadeau aux fans historiques. On parle ici d’un temps où la musique était rare et chère, où l’accès à l’information était exceptionnel. Un temps où l’on connaissait ses disques par cœur et où on les aimait presque comme une personne de chair et de sang.

Ce matin, au téléphone, un de mes amis, présent lors du 1er show, m’a dit : « à la limite n’écris rien, envoie juste l’album « Live After Death » à tout le monde ». Je n’ai pas résisté au plaisir de vous pondre quelque chose, mais je vous précise à toutes fins utiles que la discographie de la Vierge de fer est actuellement en promo un peu partout (« Oh well, wherever, wherever you are, Iron Maiden’s gonna get you, no matter how far »).

Enfin, oui, ils ont joué « Rime Of The Ancient Mariner », poème marin épique. D’habitude quand on m’envoie ce genre de morceau historiquement si important pour moi, je pleure. Là, je crois que j’ai carrément bavé. « Water, water, everywhere ».

« We Will Never Surrender ».

Sébastien

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.