Accueil > Francais > Musique > Une journée à Rock en Seine avec Franck

Une journée à Rock en Seine avec Franck

dimanche 12 septembre 2010, par Frank Leprince

Avant toute chose, je dois bien avouer que je n’avais pas pensé aller à Rock En Seine, ou en tout cas pas ce premier jour.

Nous avions pris des places pour permettre à mon fils de voir un de ses groupes punkrock-skatecore préféré : Blink 182.

Etrange ce festival. Des groupes qui n’ont plus rien sorti depuis des années sont têtes d’affiche et on y mélange pop, rock, rap… Donc ce vendredi, cinq groupes attirent mon attention, Skunk Anansie, Cypress Hill (les deux sur la grande scène), the Kooks, Black Rebel Motorcycle Club et Blink 182. Je ne ferai pas de commentaires sur The Kooks et BRMC. Pour moi, ces groupes ont vocation à jouer dans des petites salles, mais dans un festival de ce type, ça ne passe pas. Ceci dit, vu le nombre de (jeunes) spectateurs assistant à leurs prestations respectives, je ne suis pas sûr de détenir la vérité.

Revenons à Skunk Anansie. Je me souviens que « Post Orgamic Chill » était pour moi un des très grands albums des années 90. Quelle puissance et quelle voix incroyable. 15 ans après leur premier album (« Paranoid and Sunburnt »), la puissance est toujours présente. La chanteuse Skin s’amuse sur scène, chante toujours aussi divinement et se permet un plongeon pour pouvoir naviguer de bras en bras sur le flot de spectateurs. Ambiance et succès garantis. Je pense que 90% des jeunes gens présents n’avaient jamais entendu parler de Skunk Anansie et avant la fin de la prestation, un mouvement important vers la scène de la cascade s’est formé pour aller voir the Kooks. Le show s’est terminé par un titre de « Post Orgamic Chill » (mais ne me demandez pas lequel). Je ne venais que pour accompagner mon fils mais avec Skunk Anansie en premier concert, j’ai finalement passé un excellent moment.

Après un intermède The Kooks, Cypress Hill – et là la claque. Ces "vieux" rappers oldschool qui ont tout vu, tout essayé, sont présents à Rock En Seine. Le public est très nombreux et dès le premier titre, la sauce prend. Ils savent prendre le public dans le bon sens du poil et rien à dire, ils sont pro. Le son est énorme et ce rap à l’ancienne est vraiment fantastique. Evidemment, nous avons eu droit à "I’m gonna get high, so high" avec alllumage d’un énorme pétard ! bon les passages latino-rap m’ont peu échappé mais vu le melting pot du groupe… Cypress Hill a rarement du jouer devant un public si - comment dire - blanc.

Je ne vous parlerai pas de Blink 182. Je ne pense pas que cela vous intéresse. Deux petits mots cependant. A ma grande surprise, le public de ce vendredi était venu très majoritairement pour Blink. Et si les deux leaders m’ont un peu fatigué par leurs bêtises de potaches entre chaque morceau, il faut bien avouer que c’est très efficace et que là encore, leur énergie a boosté ces jeunes gens de bonne famille dont certains avaient bien 25 ans de moins que les musiciens sur scène. De ce que j’ai pu voir autour de moi, il est indéniable que j’étais un des plus vieux.

J’aurais aimé voir le lendemain QOTSA, mais j’avais promis à ma petite famille de leur préparer le samedi soir un dîner indien… quand je vous dis que je vieillis…

Franck

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.