Accueil > Francais > Politique > Ségolène Royal se dévoile...

Ségolène Royal se dévoile...

samedi 3 juin 2006, par Thomas Bourgenot

Vous reprendrez bien un peu de campagne millésime 2002 ?

Que rien ne bouge....

Après une nuit quelque peu agitée en Seine Saint Denis, la candidate à l’investiture présidentielle socialiste, Ségolène Royal, a jugé opportun d’intervenir à Bondy ce mercredi 31 mai. On dit souvent d’elle qu’elle apporte une fraîcheur à la vie politique française et que sa candidature serait plus qu’appréciée ; d’autant que, pour le moment, les sacro-saints sondages la donnent en tête devant tous les autres probables candidats. Evénement inespéré pour le Parti Socialiste, tout le monde en conviendra, qu’il (elle en l’occurrence, puisqu’on élit une personne et peu ses idées...) qu’elle donc, puisse recueillir autant d’intention de vote (qui ne sont que des intentions, à bon entendeur).

La « fraîche » Ségolène Royal (Ségo pour les intimes.. enfin, les journalistes), la « Maman » Ségo nous a donc donné un aperçu de sa future campagne. Cet aperçu nous rappelle les paroles de la chanson de Noir Désir : « Et il y a des chances que rien ne bouge »....

« Je crois qu’il faut agir de façon différente, de façon beaucoup plus massive, et mettre un coup d’arrêt à cette production massive de délinquance ». Aaah ! La fraîcheur socialiste. Enfin un discours sans langue de bois qui prend les problèmes à bras le corps. Ca fait du bien d’entendre enfin un politique qui dit quelque chose vraiment original... Bon, allez < /mode ironie off>

« Aujourd’hui, il y a un constat d’échec de la politique qui est conduite, il faut d’autres politiques beaucoup plus fermes ». Bon, très bien. Plus ferme donc... Ferme comme dans « Ferme cette porte de prison derrière ces 15 délinquants parqués dans 8 m² » ou comme dans « Ferme ta bouche et écoute un peu Ségo voyons » ?

Ah d’accord... alors on l’écoute.

Elle veut donc travailler à l’établissement d’un « ordre juste » et d’une « sécurité durable »... Durable comme le développement ou comme les peines de prison qui durent, qui durent, qui durcissent (mais qui forment le caractère n’est-il pas) ? « Ordre juste », « sécurité durable »... encore des mots creux imaginés par des marketeurs politiques aux idées brillantes. Enfin, ce n’est que mon avis.

Sinon, niveau programme, on a des nouveautés : « Si on veut donner une nouvelle chance aux jeunes au premier acte de délinquance, il faut des systèmes d’encadrement à dimension militaire, avec des actions humanitaires, des orientations vers l’apprentissage des métiers, avec le passage du permis de conduire et le réapprentissange de la citoyenneté ».
Pour créer des citoyens donc, Mme Royal souhaite le rétablissement du service militaire qu’on va nommer « service civil obligatoire ». C’est vrai que les militaires, ça donne des bons citoyens, biens propres sur eux, qui savent obéir à des ordres, et qui ne posent pas de questions...

Et le passage du permis de conduire aussi est très important pour éviter les « incivilités »... C’est exactement ce que je me disais hier matin, quand un automobiliste m’a klaxonné dessus parce que je traversais trop lentement à ses yeux : « Ce qu’il est courtois ce monsieur, je le donnerais bien en exemple à tous ces sauvageons de la banlieue ». Je pensais ça, et je n’avais même pas encore lu le discours de Mme Royal... C’est fou la transmission de pensée !

Enfin, dans la nouveauté par Ségolène Royal, on a aussi ça : « Il faut épauler les familles, ne pas les disqualifier et quand les incivilités se multiplient, avoir un système d’obligation pour les parents de faire des stages dans des écoles de parents, avoir des systèmes de mise sous tutelle des allocations familiales, comme c’est le cas aujourd’hui, mais dans des logiques éducatives de réinsertion des parents ».

« Comme c’est le cas aujourd’hui » donc, mais différemment, à la sauce-ialiste.

Les campagnes présidentielles se suivent...

Outre son programme qui se dévoile chaque jour un peu plus droitier, ce qui me chagrine dans tout cela, c’est que la campagne 2007 a l’air bien partie pour ressembler étrangement à celle de 2002. Peut-être même pire sachant qu’en 2002, Lionel Jospin l’avait joué 2e tour au 1er en se positionnant au centre, pensant que le 2e tour lui était acquis. En même temps, les sondages lui avaient bien dit que c’était lui au 2e tour... Le troisième homme, ça devait être Chevènement... Pouffons ensemble quelques instants avant de revenir aux choses sérieuses.

Les choses sérieuses, c’est que Mme Royal ne la joue même pas au centre, elle essaye de doubler Sarkozy par la droite. C’est un jeu dangereux à mon avis. Lionel Jospin s’était réveillé en 2002 quelques jours avant le 1er tour se repositionnant un peu plus à gauche - les sondages commençaient à ne plus le voir au 2e tour, n’est-ce pas - en optant pour le slogan « Pour une France Juste » (avec les majuscules et tout), parce que son (enfin, « son »... celui de Jacques Séguéla) « Présider Autrement » (avec les majuscules aussi) n’avait pas convaincu. En même temps, c’était pas très convaincant parce qu’il ne présidait peut-être pas, mais il gouvernait depuis 5 ans. Alors « Autrement ».... Bref.

Ségolène Royal, elle, c’est pour le « Juste » aussi, mais seulement « l’ordre ». L’ordre, la sécurité... A trop rechercher l’état de droit, on dérive vers un Etat de Droite.

... et se sécurisent

Ca fleure bon le calcul électoraliste tout ça. Mais je ne suis pas sûr que ce calcul soit particulièrement judicieux. D’une part, parce que si la campagne doit se rejouer sur le terrain de la délinquance, on va encore se taper du « Délinquance : les chiffres qui font peur » et autres titres de journaux plus alarmants les uns que les autres. D’autre part, je ne pense pas que le Parti Socialiste en général et Ségolène Royal en particulier, soient les plus à mêmes d’être compétitif (comme on dit dans l’entreprise) sur le terrain sécuritaire.

Selon moi, on aurait dans l’ordre des plus « crédibles » sur ce thème : Jean-Marie Le Pen, Nicolas Sarkozy, Julien Dray, Nicolas Bayrou (qui sait quand même mettre des claques aux jeunes qui lui font les poches), et loin derrière, peut-être Ségolène Royal. Si donc, la campagne se joue sur le sécuritaire, il y a de fortes chances de se retrouver avec un second tour Le Pen - Sarkozy, du plus bel effet.

Tout cela me fait dire qu’on aura encore une belle campagne où l’on va beaucoup parler de « jeunes » (de banlieue bien évidemment) qui pourrissent la société en cramant des voitures (alors que c’est un très bon moyen ; bon... pas très écolo d’accord ; mais un très bon moyen pour diminuer le nombre de voitures, et donc, le nombre de morts dû à la pollution automobile et aux accidents, sans parler des handicapés à vie, et les « incivilités » suscitées). Et on va encore une fois oublier les autres délinquants. Ceux en col blanc qui détournent des fonds en les faisant passer par des banques de banques type Clearstream, par de savants montages financiers opaques et qui pourrissent tout autant la société, mais qui eux, sont amnistiés, parce que bon, on est copains, on les connaît, on a fait les études ensemble... tout ça.

Jean-Marie Le Pen n’a donc aucun souci à se faire. Il n’aura peut-être jamais le pouvoir. Ses idées en revanche, progressent chaque jour un peu plus.

Oui, vraiment « il y a des chances que rien ne bouge »...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.