Accueil > Francais > Musique > Robert Le Magnifique

Robert Le Magnifique

mercredi 1er juin 2005, par Arthur Lutz

Découvert par notre cher chroniqueur David, dans sa contribution à la formidable expérimentation sonore et musicale qu’est l’opus Hamlet, Robert le Magnifique - dont le nom peut laisser perplexe - est un artiste plein de ressources. Vous imaginez bien qu’il ne s’agit point du personnage historique retrouvé dans les pièces de Shakespeare.

On se retrouve typiquement dans le cas de la description de la bimbo idéale : les lèvres de Claudia Schiffer, les fesses de Naomi Campbell, les yeux d’une telle et ainsi de suite. Ici on a mis DJ Shadow, Kid Koala, Red Snapper, Coldcut, Hint, quelques-uns de nos scratcheurs préférés dans une boite à cocktail, secouez et c’est prêt ! Les contrebasses de Red Snapper (à la bonne époque svp), font groover nos pieds dançants, le passages heavy que l’on adore dans l’electro version lame de rasoir sont rares et jubilatoires. Dès son plus jeune âge, notre très cher Robert aurait trempé ses petit doigts musiciens dans un groupe de métal/fusion à la basse...

La maîtrise sonore est impressionnante chez cet homme à tout "toucher" dont nous n’avions pas entendu parler (mais que fait la presse spécialisée ?) et qui semble méconnu du public (malheur à toi ô public !). Il nous sert un opus portant son nom de scène dès 2002, et seulement deux ans plus tard nous impressionne avec Kinky Attractive Muse, mure comme les pommes dont notre pote Chirac raffole. Robert le Magnifique jongle avec les beats, les scratch et les samples avec brio dès son premier album. Sa progression n’en est que plus jouissive avec une maîtrise formidable des ambiances électrifiantes.

Sur son premier opus, brut mais néanmoins efficace et authentique, "piste06", de id01, il nous fait penser à un Coldcut coincé dans une boite à musique sans les vidéos loufoques. Je suis particulièrement fan de "Pok !" sur "Kinky Attractive Muse", chanson que (et là n’est point mon habitude) je peux écouter en boucle sans me lasser.

Il contribue aux nombreux projets du label Rennais idwet (label à surveiller - prochain Ninja Tunes français ?), et notamment avec Psykick Lyrikah, qui participe à Kinky Attractive Muse ("Arm en MC")... ça fait un peu famille et, nous, la famille on aime ça... surtout quand elle a du talent (pour reprendre les samples de Handsome Boy Modeling School). A suivre dans ces colonnes, des mots complimentant Psykick Lyrikah (hip-hop poétique éclectique), et le projet hybride Hamlet version live/théâtre que nous n’avons pas pu raté lors de leur passage à Paris (avec Robert Le Magnifique sur scène attention !).

Quelqu’un m’a dit un jour que la plus grande qualité qu’un acteur au cinéma puisse avoir était de faire oublier au spectateur qu’il était face à un acteur, se fondant parfaitement au personnage et faisant croire au personnage, faisant oublier l’oeil de la caméra... Robert Le Magnifique semble épouser une qualité similaire, il nous embarque dans un voyage sur lequel on oublie le collage, on oublie le support, tel un dessinateur il efface les chemins de ce voyage qu’il a lui même tracé...

En espérant avoir tenté vos oreilles. Vous ne serez certainement pas déçus...

JPEG - 65.7 ko
Credits : www.labografik.net

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.