Accueil > Francais > Musique > Welcome back to the jungle

Welcome back to the jungle

mardi 14 septembre 2010, par Alain ’The Rooster’ Lecoq

Quelques lignes sur les Guns n’ Roses hier soir.

Au préalable, on peut se demander s’il s’agit des Guns n’ Roses ou plutôt d’Axl Rose présentant son dernier et excellent album et jouant en plus des titres des Guns.

En fait, la question n’a guère d’intérêt, les mercenaires recrutés faisant du bon boulot sur les deux répertoires, mais ce groupe, Axl « bouffi » compris, n’a certainement pas l’élégance de celui que nous avions vu en 1992 à l’hippodrome de Vincennes en 1992.

Nos amis ont commencé leur concert à 22 heures 45. Quand on commence si tard, on a intérêt à prendre une première partie pourrie de façon à ce que le public ne soit pas rassasié trop tôt. C’était justement le cas, Murderdolls fait dans le genre collection de clichés (fuck, drogue et j’en passe…) et pratique une musique faussement agressive et sans composition digne de ce nom.

Les Guns entament avec un son épouvantable et du coup « Welcome to the jungle » n’est pas la bienvenue si tôt dans le concert (mais si tard dans la soirée !).

Après trois morceaux trahis par la technique, le son s’est finalement amélioré pour devenir acceptable.

En deux mots, le répertoire est constitué du dernier album (cela change donc des concerts best-of), le premier album est également bien représenté, et les Use your illusion I and II ne sont représentés que par les deux reprises exécutées de belle manière (mention spéciale à « Knockin’ on Heaven’s Door » ») et « November Rain ». Au niveau des surprises, une seule, le « Whole lotta Rosie » d’AC/DC fort bien exécuté et que l’on pouvait trouver sur des vieux des pirates des Guns (Sébastien en a un de bonne facture avec ce titre).

Les intermèdes « solos » ou plutôt instrumentaux qui segmentent le concert, pour permettre à Axl de se repoudrer le nez et de se changer, s’ils ne sont pas indispensables, sont honorables. D’autant plus que le batteur reste présent tout du long, efficace sans être démonstratif, et il a la bonne idée de ne pas faire de solo.

Pour les guitaristes solistes (ils sont plusieurs, c’est mieux pour l’égo), tout talentueux qu’ils soient, il est difficile de ne pas penser à qui vous savez.

Mention spéciale pour le rappel avec un superbe « Paradise City » qui excusera la galère qui suit la fin du concert, un Bercy qui se vide, livré à lui-même (plus de métro).

Comme le disait Franck, on ne regrette pas sa soirée.

Faute de taxi, j’ai découvert les choix du Noctambus avec son lot de naufragés de la nuit (voire de la vie).

Alain

PS : Ils ont eu la bonne idée de ne pas jouer « Civil War », je pense que la comparaison n’aurait pas tenu avec la version servie au Hellfest par Slash et les siens.

Set-list :

Intro
01- Chinese Democracy
02- Welcome To The Jungle
03- It’s So Easy
04- Mr Brownstone
05- Sorry
06- Solo Richard Fortus + James Bond Jam + Live and Let Die
07- This I love
08- Rocket Queen
09- Solo Dizzy Reed + Street of Dreams
10- You Could Be mine
11- Solo DJ Ashba + Sweet Child O’Mine
12- Another Brick in the Wall + Solo Axl Rose + November Rain
13- Solo Ron Thal + Better
14- Knockin’On Heaven’s Door
15- Shackler’s Revenge
16- Don’t Cry by Bumblefoot & The audience + Nightrain

Encore :
17- Madagascar
18- Whole Lotta Rosie
19- Band jam + Paradise City

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.