Accueil > Francais > Musique > Some enchanted evening...

Some enchanted evening...

Blue Oyster Cult live à Paris

mardi 8 septembre 2009, par Alain ’The Rooster’ Lecoq

Deux mots sur le BÖC qui se produisait dimanche.

Lâché moins de 24 h par un remplaçant amnésique de Sébastien, je me rabats à quelques minutes du début show d’Uriah Heep à céder la place voisine à la mienne à un fan de rock nécessiteux plutôt qu’à une salope de revendeur.

J’étais ravi de savoir que finalement un ami était au balcon et que je pourrais partager ce moment avec lui.

Avant le concert, le bruit circulait que le BÖC était cramé et que les survivants avaient de sérieux problèmes vocaux. Beaucoup misaient donc sur l’outsider Uriah Heep.

Commençons donc par Uriah, set efficace - bien joué - chanteur puissant mais très marqué par les eighties.

D’ailleurs, ils n’ont joué les classiques des 70’s qu’en rappel. De la formation originelle, il ne reste que le guitariste... Le camarade présent m’indiquait fort justement que le batteur n’avait pas le swing des batteurs de ce type de formation (génération de batteurs et de musiciens au jeu encore très marqués par le jazz).

Après l’entracte passé accoudé à une Harley (sponsor de l’événement), le Böc commence son show et franchement, c’était à la hauteur de mes attentes.

Le point fort indéniable : la guitare de Buck Dharma, les autres n’étant pas en reste.

Les incontournables de la période 70 ‘s ont été joués de « Cities on flame » à un superbe « Godzilla » en passant par « (Don’t fear) the reaper ».

Des morceaux que je ne connaissais pas (notamment de l’album « Mirrors ») et leurs soli m’ont « enchanté la soirée » notamment un « In thee » signé Allen Lannier (qui malheureusement ne tourne plus avec le groupe depuis peu).

Un rappel pour lequel Eric Bloom fait son retour sur scène en Harley pour un « Born to be wild » de circonstance. La version était superbe, très proche de l’original de Steppenwolf, je ne pensais pas que je serai si content d’entendre ce titre sur scène.

Superbe soirée

Alain

P.S. : Spécial dédicace à Sébastien

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.