Accueil > Francais > Musique > Quadrilogie Mike Patton - Episode 4

Suite et fin de notre série...

Quadrilogie Mike Patton - Episode 4

Cinq années très intenses

mercredi 30 juin 2004, par Paul Kirkness

Nous voici enfin dans cette dernière partie de la vie de Mike Patton. Nous sommes en l’an 2000. Qu’a fait Mike Patton pour le nouvel an, nous n’en savons rien. Par contre vous verrez qu’il a mis à profit les cinq années qui vont suivre jusqu’à... aujourd’hui. L’électron libre se relance dans de multiples participations musicales, en concert et sur album. L’année 1999 lui aura imposé un rythme soutenu qu’il n’a pas perdu depuis.

Le début de l’année 2000 commence assez fort. Il sera marqué par la collaboration de Mike Patton avec groupe de Buzz Osbourne, guitariste avec qui il partage l’expérience Fantômas. Le groupe s’appelle évidemment The Melvins et Patton participe au titre « G.I. Joe » de l’album The Crybaby que nous vous recommandons d’urgence tant il est... déjanté. Mais ce n’est pas tout puisqu’un mois après il apparaît sur le titre « The Ballad of Hank McCain », paru sur une compilation en l’honneur des quinze années d’existence de Tzadik Records, le label de son ami John Zorn. Puis ce sera la participation à l’album de Kid 606, paru chez Ipecac (le label que Patton gère en collaboration avec Greg Werckman). Le titre s’appel « Secrets 4 Sale » et on ne s’étonne pas de savoir que Mike Patton y figure. Déjà que le Kid était taré mais avec Patton sur le coup, le morceau est... disons le franchement... inécoutable !

Et c’est tout ? Bien sûr que non puisque dans les derniers jours de l’année sort le très beau Memory is an Elephant de Tin Hat Trio. Un titre, « Infinito », ne figure pas sur la track-list mais on y distingue nettement la voix de notre homme. Il s’agit d’un superbe hommage au chanteur d’opéra Enrico Carusa. Patton parvient sans souci à s’intègrer dans la musique du groupe - entre bossa-samba et jazz exotique. On se souviendra que Carla Kihlstedt de Tin Hat Trio avait participé à la confection du dernier album de Mr. Bungle, California... Patton ne fait que rendre cette faveur.

Arrive le véritable début de millénaire et l’année 2001 est entamée aux grands fracas d’un nouvel album de John Zorn. C’est The Gift et outre les nombreux invités on retrouve, un peu comme d’habitude, Mike Patton qui collabore au morceau « Bridge to Beyond » avec Trevor Dunn (son pote de Fantômas, qui d’ailleurs participe à quatre morceaux de cet album).

Mais 2001 c’est surtout l’année du deuxième et incroyable album de Fantômas, The Director’s Cut. Tout le génie du groupe, pour ceux qui avaient eu du mal à le saisir sur Amenaza el Mundo, est désormais apparent et vous saute à la figure. Il s’agit de quatorze reprises de musique de film. De The Omen à Rosemary’s Baby en passant par Twin Peaks, les morceaux originaux sont souvent bien dérangeants. Ce que Fantômas parvient à en faire est souvent tétanisant, toujours ingénieux. Director’s Cut aura une place privilégiée dans les charts (ce qui n’était pas arrivé à Patton depuis Faith No More). Il sera même au top 20 en Australie, un pays où Mike Patton est généralement adoré. Pour écouter les originales du Director’s Cut cliquez ici.

Lovage avec Dan the Automator (a.k.a. Nathaniel Merriweather) et Jennifer Charles de Elysian Fields sera un franc succès... On parle de « groupe » mais il s’agira finalement d’un simple projet et, après la parution de l’excellent Music to Make Love to your Old Lady to, il n’y a eu, à ce jour aucune suite. Pourtant cette collaboration va permettre à Dan the Automator et à Patton de se lancer dans un nouveau projet. Ce sera Peeping Tom, dont l’album n’est toujours pas paru (il est prévu pour la fin de l’année 2004). On le sait, il y aura un DJ, des choristes et des instruments d’orchestre, le tout produit dans une ambiance pop par Dan The Automator. Fred Durst est d’ores et déjà fasciné et prétend qu’il fera n’importe quoi, paiera n’importe qu’elle somme pour avoir l’honneur de produire le groupe sur son label... On apprendra que cette enthousiasme fait beaucoup rire Patton. L’album reçoit en ce moment même des aides au niveau de la production avec jel et odd nosdam du collectif Anticon.

Nous voici parvenus à ce moment
béni : la création de Tomahawk. Le projet démarre en 2000, lorsque Duane Denison assiste pour la première fois à un concert de Mr. Bungle à Nashville, dans l’état du Tennessee. Denison avait trouvé refuge dans cette ville après avoir quitté ses potes de Jesus Lizard pour rejoindre Hank Williams III. A la fin du concert, il rencontre Mike Patton et c’est le départ annoncé pour un échange de cassettes par la poste. Mais le duo ne peut pas rester duo s’il faut que Tomahawk devienne la véritable réalisation des deux musiciens. C’est alors que Denison fait appel à son ami John Stanier, l’ex-batteur de Helmet, tandis que Patton fait intégrer le bassiste Kevin Rutmanis des Melvins et de The Cows à la joyeuse troupe.

Le premier album de Tomahawk sort à l’automne de l’an 2001 chez Ipecac et c’est un succès inespéré. Tomahawk ressemble par moments à Frank Zappa. En tout les cas, l’inspiration qui émane des deux albums du groupe est comparable à celle du maître. Les fans de Patton, mais aussi la presse, s’agitent aux entrées de concerts du groupe qui va très rapidement ouvrir pour Tool aux USA. Puis, c’est la tournée européenne qui est un triomphe. Ce qui devait ne rester qu’un projet, devient donc un groupe à part entière et le deuxième album sort en 2003, Mit Gas. Un album incontournable au point que la maison de disque demande sans cesse : « Il faut sortir un clip... « Rape This Day » est un titre parfait et nous devons en faire un clip absolument ! ». Mais pour Patton, réaliser des clips depuis l’époque de Faith No More, ce n’est qu’une perte de temps précieux...

Revenons six mois en arrière... En plein milieu de l’année 2002 sort un album de John Zorn avec Ikue Mori et Mike Patton - c’est Hemophiliac. L’album sort en série très limité au départ mais en vue du succès qu’il parvient à créer, il sera réimprimé jusqu’à quatre fois. En octobre 2002, Henry Rollins produit album dont les bénéfices iront à la défense de trois jeunes hommes enfermés dans les geôles ricaines pour le soi-disant meurtre de 3 autres jeunes garçons. Patton reprend le titre « Six Pack » de Black Flag sur cet album intitulé Rise Above.

On savait que le background de Mike est dominé essentiellement par le metal. Jeunot, il écoutait des trucs qui font mal aux oreilles... mais, s’il ne s’en ai jamais vraiment distancé, on doit tout de même insister sur le fait que sa musique d’aujourd’hui est plus complexe, plus recherchée et nettement plus intrigante que les groupes de death metal qui ont pu le ‘bercer’ dans sa jeunesse. Cette coopération (confrontation ?) avec Dillinger Escape Plan ne nous surprendra donc pas. Irony is a Dead Scene sort en 2002 et les quatre titres de cet EP sont un régal. L’effet combiné de hardcore intense avec la précision technique d’un groupe de metal et les changements de tempo que l’on associe plus communément à de l’électro... Sans doute, le titre qui sort du lot est la reprise de « Come to Daddy » de Aphex Twin, où l’on en vient sincèrement à se demander où est la limite entre musique « électronique » et musique « live ».

Eyvind Kang est un très grand ami de Patton. Ils partagent la même créativité débordante et la même énergie. Il faut savoir que Eyvind Kang, violoniste de formation a participé sur près de 50 albums... Toutefois, voici qu’il sort en 2004 son septième album solo sous le nom de Virginal Coordinates. L’album est enregistré en live au festival Angelica, à Bologne en Italie. Parmi les vingt deux personnes formant l’orchestre, on compte évidemment Mike qui gère la partie électronique. D’autre part, il chante sur trois titres : « I am the Dead », « Innocent Eye, Crystal Sea » et « Marriage of Days ».

Avec tout ça... qu’en est-il de Mr. Bungle ? Et bien dans une des très rares interviews qu’il donne, en novembre 2003, Mike Patton nous annonce qu’il s’agit d’un « dead issue » à l’heure actuelle. C’est terminé pour ce grand groupe de génie, aussi révolutionnaire que créatif. Sachant Mike occupé à d’autres choses, aucun fan ne fera de déprime grave. Lorsque cette information est mal retransmise par des critiques musical, Patton va les inviter à l’un de ses concerts pour... leur uriner dessus ! Mais que l’on se rassure, il ne s’agissait en fait que d’un pénis en caoutchouc rempli d’eau tiède.

Patton au cinéma

Patton en chanteur, en compositeur, en producteur... on connaît. Mais Patton acteur, c’est une grande première et c’est pour très bientôt. Steven Balderson lui a proposé, il y a deux ans de cela, s’il pouvait remplacer Dennis Hopper dans son film, Firecracker. A l’heure actuelle, cela fait trois longues années que ce film est en cours de réalisation. Pourquoi tant de temps ? Car Balderson a choisit de rester indépendant jusqu’au bout. Sur le site internet du film, nous apprenons que c’est cela qui va plaire au sieur Patton. Dans ce film, il incarnera deux rôles : celui d’un directeur de festival itinérant et celui d’un paumé alcoolique habitant un village encore plus paumé aux Etats Unis. Le film devrait sans conteste remporter un succès important.

Un homme « trop occupé »

Il lui sera proposé de travailler avec des personnalités aussi diverses que le célébrissime DJ de scratch Q-Bert ou encore le dénommé 3D de Massive Attack (tristement, ce projet est tombé à l’eau... la faute à 3D qui ne donnera jamais suite aux appels de Patton). Plus récemment, c’est avec Liam de The Prodigy qu’un projet et né, puis est mort. Franz de The Young Gods propose à son tour que les deux musiciens réalisent un projet commun... Mais une fois encore, Patton décline.

Lorsque Josh Homme (et oui, il s’agit bien de l’ex Queens of the Stone Age / Kyuss, membre actuel du projet Eagles of Death Metal !) lui proposera de participer à ses neuvième et dixième volumes des Desert Sessions aux côtés de P.J. Harvey, Mike Patton hésitera bien longtemps. Josh Homme met tout en stand-by, attendant avec impatience une réponse positive de « l’homme occupé »... Ne pouvant finalement pas participer aux enregistrements, Patton proposera généreusement de sortir l’album sur son label, Ipecac. On reconnaît bien là la raison d’être du label pattonien - faire paraître ce que personne d’autre ne veut produire.

Début 2003, on lui demande de remplacer Michael Hutchins de INXS. Dans une interview accordée à un magazine hebdomadaire britannique, il affirme que la seule condition qu’il impose au groupe avant de les rejoindre, c’est de pouvoir se pendre sur scène à chaque concert. Evidemment, cette référence au suicide de Hutchins est très mal prise... et on l’oublie. Quelques semaines plus tard, c’est Slash (ex-Guns n’ Roses qui lui demande de chanter pour son groupe... mais Mike Patton lui répond qu’il est « vraiment très occupé ».

A quoi peut-on s’attendre dans l’année qui vient ?

On le sait, Patton est aller proposer ses services aux X-Ecutioners. La réponse fut évidemment enthousiaste et l’album est prévu pour l’été 2004. Il s’appellera General Patton vs. The X-Ecutioners. On sait d’ores et déjà que Patton participe aussi au prochain album de John Kaada, It’s Wonderful to be a Nerd. Kaada fait appel à lui mais pas tant pour sa voix que pour son excellente utilisation de samples et de la MPC.

Puis il faudra s’attendre à l’album de Team Sleep, ce projet de Chino Moreno des Deftones auquel Mike Patton viendra s’inviter aux côtés de la belle Melissa Auf Der Maur, l’ex bassiste de Hole. Encore un album prévu pour la fin de l’année... Comme celui de Björk, intitulé The Lake Experience (ou Medula... les sources divergent à ce sujet), un album sans aucun instrument. L’idée de Björk est de faire participer un maximum de voix différentes qui travailleront à chanter, hurler, rapper, beat-boxer...

« On accuse trop souvent le ‘music-business’ d’être le seul et unique responsable de la médiocrité musicale de nos jours. Les musiciens oublient trop souvent de se remettre en cause eux aussi. C’est nous qui faisons cette musique, c’est nous qui la composons. Il y a bien moyen de faire en sorte qu’elle reste la nôtre, qu’elle évolue selon nos goûts à nous... »

Tu l’as prouvé Mike... Et c’est si rassurant de savoir que tu es encore si jeune !

Messages

  • Merci beaucoup pour cette Quadrilogie du phénomène Patton.

  • La biographie online la plus complète, et en français, sur =L’Artiste=
    de cette nouvelle ère musicale...
    Merci.

  • Pour le réveillon, il était en concert avec Mr Bungle, il y a des vidéos de ce concert sur ftp.bunglefever.com.

  • Salut,

    J’aime la façon que tu as de parler de l’évolution de Sir Patton.
    Son oeuvre est tellement intéressante, enrichissante et décalée.
    Et oui je suis une fan et moi mon trip c’est le dessin. saurais-tu
    le pourquoi et le comment des illustrations de ses albums, le choix
    graphique, les collaborations artistiques ?
    Je sais que ce n’est pas forcement ta partie mais quand est-ce que
    Fantomas ou tomahawk viennent-ils en france ?????? Je dois être
    nase mais je ne trouve rien sur le net !!!
    Merci pour cette quadrilogie tout à fait passionnante et bonne
    continuation !

    Marina

  • géniale quadrilogie, bien fichu, un grand bravo.
    tu parles d’un projet que franz, des young gods aurait proposé à patton, qui aurait refusé...il est vrai que rien n’est sorti sur cd...mais, l’été dernier, les young gods ont eu droit à 2 soirées carte blanche au festival de jazz de montreux (qui fait de moins en moins dans le jazz...et faudrait que je me renseigne, ptet que zorn y est venu aussi...)
    bref, l’une des soirée acceuillait fantomas (concert fabuleux...voir terry devant cette batterie énorme, suivre sa partition et les indications de patton force l’admiration) et un concert des young gods accompagné d’un orchestre symphonique...et y’a eu 2 chansons avec m’sieur patton, qui sont dans les archives du festival (qui depuis 40ans enregistre tout les concerts...tout les dvd live de miles davis, par ex, viennent des concerts du montreux jazz...ainsi que la fameuse chanson *smoke on the water*, qui fait référence à l’incendie du casino, qui acceuillait tout les concerts à l’époque)
    re-bref, super article et vivement que les bandes de ses 2 chansons soient diffusées.
    GonzO

  • hell...o !
    merci encore pour cette quadrilogie dédiée au meilleur et au plus géniallisiime des artistes depuis 20 ans (the real thing est sortie presque en même temps que moi à quelques semaines près), c’est le meilleur moyen pour prouver à tous ces suckers (référence à peeping tom) l’immensité de son art. on oublie trop souvent les artistes soi-disant incompris mais ça les mecs, ça s’appelle juste du talent !!

    vanessa (aka KeRmit Caps-bonbon)
    la plus grande fan de mister patton de toutes les cités HLM de la banlieue parsienne !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.