Accueil > Francais > Politique > Propos de Le Pen : chercher l’horreur

Propos de Le Pen : chercher l’horreur

samedi 12 février 2005, par Sébastien Bourdon

Les dernières provocations du frontiste Jean-Marie Le Pen ont fait couler beaucoup d’encre. Tous les journaux ou presque se sont empressés, comme à l’accoutumé, de démonter ses propos, expliquant surtout que les soubresauts du vieil homme étaient une vaine tentative marketing. Mais peu sont revenus sur les propos eux-mêmes... Soundsmag tente le défi...

La France entière, dans un bel élan, s’est offusquée de quelques écrits provocateurs d’un homme hélas coutumier du fait, Jean-Marie Le Pen. Il aurait écrit (je ne lis pas Rivarol) que l’occupation allemande n’aurait pas été en France « aussi inhumaine que cela ».

Il est évident qu’il s’agit d’une ânerie, publiée et répandue dans un souci hélas compréhensible chez un homme politique, faire parler de soi. Plus précisément, il s’agissait aussi pour Le Pen de tenter de renouer avec son électorat traditionnel, le facho franchouillard bas du front (national). Tout cela a été heureusement dit et a tué dans l’œuf cette vaine tentative de marketing peu ragoûtante.

Mais ce que personne (à ma connaissance) n’a dit ou écrit, c’est en quoi ces propos étaient scandaleux ? S’agissait-il d’une contrevérité historique ? Les nazis furent-ils plus conciliants en France qu’en Ukraine ou en Hongrie ?

Il n’y a pas d’instrument de mesures de l’abomination, mais il est intéressant de confronter cette affirmation au sort fait aux juifs dans les différents pays occupés par l’Allemagne nazie, c’est-à-dire à ce qui s’est fait de pire au cours de cet épouvantable siècle de sang et de fer que fut le XXème siècle.

A en croire les historiens de la Shoah (le plus indiscutable et renommé étant Raul Hillberg) ou les témoins (Primo Levi, Joseph Bialot...), les situations furent effectivement très différentes selon les pays occupés. La France a commis, comme justement énoncé par Jacques Chirac, une faute imprescriptible en assistant administrativement et physiquement l’occupant allemand lorsqu’il décida, comme ailleurs, d’envoyer en masse hommes, femmes et enfants vers les camps de la mort.

Pour le reste, le français, selon son habitude ancestrale, a occasionnellement dénoncé anonymement de pauvres gens, parfois pour récupérer leurs biens, parfois par cruelle et odieuse bêtise. Beaucoup sont morts, et la disparition des enfants d’Izieu en est l’épouvantable symbole.

Mais il fut aussi possible pour de nombreux juifs français ou émigrés de s’enfuir et de se cacher grâce à deux phénomènes conjugués : une aide et une assistance actives et pour le reste, les lenteurs et inefficacités de l’administration française (auxquelles s’ajoute la résistance passive de tous ces services se manifestant par une mauvaise volonté et une inorganisation volontaire).

Mais il faut voyager vers l’Est pour découvrir effectivement une situation radicalement différente. Les Allemands et leurs Einzatzkommando qui furent envoyés dans cette Europe viscéralement antisémite furent débordés et parfois effrayés par le comportement des locaux vis-à-vis des populations juives. Dans les villages comme dans les villes (Lodz, Varsovie étant les plus célèbres), sitôt les Allemands arrivés (et dans certains cas, les Soviétiques partis), c’est sur place et avec une horrible vigueur que l’on s’est mis à massacrer les juifs au fusil et à l’arme blanche, femmes et enfants compris.

Se cacher pour un juif polonais était inenvisageable (même si beaucoup essayèrent), il y avait toujours quelqu’un pour vous ramener à la Kommandantur et à une mort certaine.

Il est d’ailleurs curieux de voir les Polonais jouer aujourd’hui les vierges effarouchées et considérer comme scandaleux de ne pas qualifier Auschwitz de « crime allemand ».

Etait-ce à cela que Le Pen faisait référence ? Si tel est le cas, c’est oublier joyeusement que l’occupation allemande servit de prétexte pour les populations locales à un gigantesque et monstrueux défoulement antisémite. Himmler, en 1942, s’est trouvé mal en assistant à l’un de ces carnages et a fait en sorte que soient alors accélérées les cadences dans les Lagers afin d’éviter l’emploi de ces méthodes, trop « inhumaines » à son goût.

En France, point de cela. Mais là encore, les Allemands n’y sont pas pour grand chose, il y eut des Français extraordinaires et quelques leçons de courage et de dévouement comme au Chambon sur Lignon où toute la guerre, des enfants juifs furent cachés et sauvés.

Il y avait donc là une habileté suprême à parler d’inhumanité plus douce (sic) puisque pour être efficace dans le discours rien de tel qu’un fond de vraisemblance. Mais il n’en demeure pas moins qu’au terme d’une analyse plus fouillée, cette affirmation (au-delà de l’absurdité qu’il puisse y avoir à comparer les monstruosités) est une contre vérité niant toute réalité historique. Les Allemands envoyés à l’ouest comme ceux envoyés à l’est, ont fait ce qu’ils pouvaient faire avec l’aléa de la plus ou moins efficace coopération locale. Dont acte.

Peut-être eut-il été judicieux de le rappeler.

Messages

  • J’avais omis dans cet article de citer mes sources (et de conseiller vivement de s’y attarder) :
    Raul Hilberg : "Exécuteurs, victimes, témoins - la catastrophe juive 1933 - 1945" (Folio) ;
    Joseph Bialot : "C’est en hiver que les jours rallongent" ;
    Primo Levi : lire entre autres et évidemment "Si c’est un homme".

  • Vous etes ridicules car vos amalgammes ne sont pas de vous. Ils sont ceux que les medias vous deposent au fond de la tete a votre inssu.
    Le Pen n’est pas Hitler. Son programme n’est ni eugeniste, ni belliqueux, ni pan franciste....
    Vous n’ avez aucune compétence d historien. Si vous voulez combattre Le Pen arretez de le diaboliser car quand les gens s’appercevrons que ce ne est pas vrai alors ils diront que c’est lui qui avait raison.

    QUAND VOUS AUREZ COMPRIS QUE DES QUE DES MEDIAS ACCEPTENT LA MAUVAISE FOI DU PARTI RPIS DE LA DIABOLISATION RETHORIQUE ET MEDIATIQUE A DEFAUT DU REEL COMBAT DES IDEES, IL DESSERVENT LEUR PROFFESSION, TROMPENT LE PEUPLE ET PREPARENT LEUR TOMBE.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.