Accueil > Francais > Politique > Le gouvernement Sharon boycott les audiences concernant le ’mur de (...)

Le gouvernement Sharon boycott les audiences concernant le ’mur de l’apartheid’

Cela remet-il en cause la décision de la Cour internationale de justice ?

vendredi 13 février 2004, par Paul Kirkness

Les comparses de M Ariel Sharon sont désabusés... Pourquoi la Cour internationale de justice tient-elle tant à les embêter ?!

En effet, à partir du 23 février, la Cour prévoit d’examiner la légalité du mur "anti-terroriste" qu’Israël construit autour de la Cisjordanie. Comment ? Ne comprend-elle pas qu’il s’agit simplement de défendre le "droit fondamental d’Israël à assurer sa défense" ?!! Un véritable scandale en effet...

D’où cette décision (que l’on attendait) du 12 février qui consiste, au moins pour Israël, à boycotter les audiences de la Cour... et donc évidemment, son résultat. Derrière cette décision - Les Etats-Unis.

On peut aujouter qu’Israël et les States ne sont pas les seuls à penser que la Cour internationale de justice ne soit pas habilitée à prendre une décision... La Grande-Bretagne, l’Australie, l’Allemagne et le Canada ont tous émis ce doute. Que faire alors ? Et bien, on envoit une commission d’experts (experts en quoi on se le demande...) pour analyser les faits sur place. Leur réponse au problème - certes le mur est un peu inquiétant pusiqu’il empêche le bon déroulement des conseils préconisés par la ’feuille de route’... mais, la Cour internationale ne pourra rendre de décision qui soit légitime (tout ça tient dans un document de 150 pages... de bla-bla).

Ce mur, destiné à éviter le passage de kamikazes en Israël va exclure, de facto, 350 000 palestiniens. Au départ, il devait suivre la ’ligne verte’ mais on sait aujourd’hui qu’il s’enfonce, souvent très profondément, dans les terres de Cisjordanie, pour intégrer les colonies israeliennes... On comprend l’inquiétude du Premier ministre palestinien Ahmed Qoreï, ainsi que l’expression utilisée par les palestiniens de "mur de l’apartheid"...

Rassurons nous un brin tout de même. Si Israël a bien le droit de ne pas participer aux audiences, la décision qui en résultera n’en remet pas pour autant les procédures.

Reste à savoir si une décision de la Cour internationale de justice parviendra à convaincre l’opinion publique internationale... Oui, oui ! Celle qui fait des dodos !

Polo

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.