Accueil > Francais > Politique > Le bruit et l’moteur

Le bruit et l’moteur

lundi 3 avril 2006, par Thomas Bourgenot

Bruit du vent contre bruit de l’essence, lequel sera le plus nocif, et lequel persistera près de nos habitations. Le match est lancé. Que le meilleur gagne !

Dans un article publié dans le Monde du 29 mars 2006 [1],on apprend que le nouveau credo des associations opposées à l’implantation d’éoliennes est le bruit que ces installations produisent, et les risques sur la santé.

L’Académie de médecine a ainsi rendu un rapport le 23 mars démontrant que les nuisances sonores dues aux éoliennes sont réelles. Et nombre de rapports existent déjà expliquant que le bruit peut être une source de « traumatisme sonore chronique », pouvant « entraîner des réactions de stress, perturber le sommeil et retentir sur l’état général ». Très bien. Le seuil pris en compte par ce rapport est de 45 dB (décibels), seuil à partir duquel le sommeil est perturbé. L’Organisation Mondiale de la santé (OMS) elle, va plus loin en fixant le seuil à 35 dB. Très bien, toujours très bien.

Je ne peux que les féliciter d’enfin se pencher sur le plus d’aspects possibles des nouvelles technologies avant de les mettre en œuvre. Je ne peux que regretter qu’on le fasse pour les nouvelles technologies les plus douces et qui paraissent les plus respectueuses de notre environnement, mais ce n’est pas parce qu’une technologie a l’air très bien sous tout rapport que l’on peut se passer de faire toutes les recherches nécessaires pour connaître au mieux toutes les répercussions qu’elles pourraient avoir sur notre vie. On sortirait gagnant de ce type de démarche sur des sujets tels que les OGM, les nanotechnologies et autres téléphonies cellulaires.

C’est en fait la conclusion du rapport qui m’intéresse. En effet, partant du seuil sonore à 45 dB, le meilleur moyen d’éviter la gêne serait d’éloigner les éoliennes des habitations. Et de fixer une limite provisoire en attendant des études épidémiologiques plus poussées. L’Académie de médecine suggère donc, « par précaution, que soit suspendue la construction des éoliennes d’une puissance supérieure à 2,5 mégawatts situées à moins de 1 500 m des habitations ».

Par précaution donc, on doit éloigner des installations qui font 45 dB à 1 500 m des habitations. Je vote pour la précaution. Mais en lisant cet article, j’ai tout de suite fait un parallèle avec une autre pollution sonore. Une pollution sonore bien mieux acceptée alors même que sa source produit la plupart des autres pollutions - atmosphérique, visuelle, sociale et j’en passe. J’ai nommé, la voiture.

En effet, en se documentant un peu, on apprend que les normes fixent un seuil sonore pour les automobiles. Ce seuil s’élève à 77dB (mais doit être amené à 74 dB d’ici sous peu), et 80 dB pour les poids lourds. Ainsi, une rue citadine calme est en gros à 50-60 dB (la plupart des voitures étant sous le seuil), et une rue embouteillée peut monter à 80 dB.

80 dB, c’est le seuil à partir duquel le bruit peut rendre agressif. Et c’est vrai que si on voit un automobiliste coincé dans les embouteillages en rentrant chez lui, pensant être libre grâce à sa voiture, on sourit (si on est assez éloigné) en le voyant klaxonner pour se soulager en se disant que son klaxon qui est censé le soulager ne fait qu’augmenter son irritation et celle des autres usagers.

Alors, partant de tout cela, je propose moi aussi une mesure à titre de précaution, tant que des études épidémiologiques plus poussées n’ont pas été mises en œuvre. Je propose qu’on éloigne toutes les routes goudronnées à usage des voitures à plus de 1 500 m de toute habitation. Vous me direz qu’à ce moment là l’automobile ne sert plus à rien, et vous aurez compris mon propos : éradiquons la voiture en ville et penchons nous sur des villes sans voitures, où ce sont les autos qui sont parquées aux périphéries des agglomérations, et non plus les hommes. Mais ne tardons pas... le bruit des moteurs à explosion, à l’inverse de celui des éoliennes est déjà largement à l’œuvre. Aucun principe de précaution n’a été mis en place pour le développement de la voiture. Exigeons le principe de Retrait (c’est à la mode en ce moment en plus, alors, ne nous privons pas).


Un lien vers Illichville.


[1De l’effet du bruit des éoliennes sur la santé, par Hervé Kampf (le Monde 29/03/06)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.