Accueil > Francais > Politique > L’étrange engouement français pour la mort du Pape.

L’étrange engouement français pour la mort du Pape.

dimanche 3 avril 2005, par David Charlot

Quelle tristesse d’entendre ce dimanche matin la mort du Pape. Mais bon le Pape est mort, vive le Pape !!

Quoi de plus triste d’entendre les radios et de lire les journaux qui depuis une semaine nous rendent compte de la lente agonie du successeur de Pierre minute par minute comme TF1 qui nous raconte l’élection de la future femme du Bachelor...
En effet, Le Monde par exemple est hyperactif depuis Lundi dernier à rapporter l’état de santé du délabré Jean-Paul II, et je peux vous raconter en détail sa crucifixion mentale qu’on a tous dû partager. Impossible d’y échapper. J’en bave, et j’en redemande. Voici les titres concernant sa santé physique et mentale depuis une semaine :

"Les fidèles sont partagés face à la souffrance de Jean-Paul II rendue publique"
"La très catholique Amérique latine, unie dans la prière, pleurent"
"Eclairage | L’agonie de Jean Paul II"
" L’archevêque de Paris invite les paroisses à prier pour Jean Paul II"
"A Paris et à Lyon, les fidèles se recueillent pour s’unir aux "souffrances" du chef de l’Eglise"
"Le pape est alimenté par sonde gastrique"
"L’agonie de Jean Paul II, le recueillement des fidèles"
" Deux mois de combat marqué par une trachéotomie qui a laissé le pape sans voix"
"Le monde catholique accompagne l’agonie du pape Jean Paul II"
"Vatican | Jean Paul II est mort, l’Eglise catholique en deuil"
"Le calendrier qui va suivre le décès"
"Le Vatican a eu une communication cahotique sur l’agonie d’un pape médiatisé pendant toute sa vie".

Mais ce qui est navrant c’est aussi la communication excessive du Vatican qui fait de ce "retour à Dieu" de JPII une expérience assez psychédélique, qui ne me fait pas regretter d’avoir rater le film "la Passion du Christ" de Mel Gibson, et en même temps me permet d’être presque convaincu de faire partie d’une grande communauté chrétienne de gens qui s’aiment et qui pleurent ensemble... Not my cup of tea.

Mais encore plus navrant c’est la couverture par les médias de cet évènement, certes primordiale sur le plan diplomatique et religieux, qui traduit en fait aujourd’hui j’en ai bien peur un regain de religiosité. Les journalistes doivent se dire "tient ça fait longtemps que je n’ai pas été à la messe, je vais faire ma "BA" (Bonne Action) et écrire un article "passionné" sur cette vieille chose qu’est la "foi" ; on va relustrer tout ça vite fait." Je ne trouve pas cela normal.
Vous comprendrez que mon ironie puisse être un peu blessante, mais je crois me rappeler que la France, outre son anti-cléricalisme aujourd’hui visiblement désuet, s’est constitutionalisée LAIC. Je ris aujourd’hui car on nous emmerde avec la LAICITE (en vrai je crie le mot) pour se débarrasser de nos institutions publiques de toute forme de manifestation de la foi et surtout de l’Islam, et voilà que le jour de la mort du Pape, la "fille aînée de l’Eglise" s’émoustille de la mort du Pape et ses journaux (autrefois champions de l’anticléricalisme) se font les hérauts de ce regain de foi prédit par Malraux. Vous verrez un rictus se dessiner au coin de ma bouche. Je suis sûr que les impératifs économiques de nos chers quotidiens nationaux dictent cette ligne éditoriale (que Soundsmag n’a même pas !) donc c’est facile de se cacher derrière. Mais je pensait que les journalistes avaient plus de respect pour leur profession que ça...

La situation est en fait presque cynique : le Monde qui titre JPII depuis une semaine a aussi publié un article de Henri Tincq qui s’intitule "La souffrance du pape en direct, effet boomerang de la médiatisation à outrance voulue par le Vatican". Et boum dans le mille Emile ! C’est le serpent qui se mort la queue puisque Le Monde, champion médiatique, en arrive à critiquer sa propre ligne éditoriale sans le dire. C’est soit un manque total de bonne foi professionnelle soit un pied de nez phénoménal et un foutage de gueule spectaculaire. Leur gagne pain depuis une semaine c’est l’agonie du Pape et voilà que pour s’élever intellectuel on invite un pseudo intello, journaliste démocrate et spécialiste du catholicisme nous dit son CV, qui permet de donner un alibi à leur ligne éditoriale transparente. C’est bien triste. Ceci vaut pour tous les grands quotidiens français.

Ma question est alors la suivante : Que veut dire la notion de "LAICITE" dans un pays qui en est le champion ? Moi je croyais que ça voulait dire qu’en entrant dans l’arène politique tout intervenant devait se débarrasser de son manteau communautaire. Un acteur politique doit se montrer comme un serviteur de l’Etat et donc du peuple, sans montrer ses origines sociales et communautaires... c’est ça le vrai libéralisme. Toutes les couches humaines qui forment un être humain sociable issu d’un certain milieu, d’une certaine communauté, de telle origine ethnique et religieuse n’ont aucune raison d’être au sein de l’arène politique et il faut dès lors s’en débarrasser pour assurer la fonction publique. Mais cette considération libérale s’applique aussi aux radios publiques et n’est-elle pas nécessaire pour assurer une information juste et équilibrée ? Ou encore cette considération qui est obligatoire au sein de la fonction publique n’est-elle pas non plus de rigueur quand il s’agit des grands quotidiens nationaux ? Même Le Figaro à des titres moins racoleurs que Le Monde depuis une semaine. Je trouve scandaleux que le journal number one français soit aussi peu scrupuleux quand à sa diffusion d’information ; ce manque de réflexion est vraiment critiquable surtout venant d’un quotidien qui se dit intellectuel et qui offrait un temps des tribunes de réflexion de qualité.

Il serait donc temps de retrouver un sens au terme LAIC car c’est aujourd’hui un mot creux, autant que la ligne éditoriale du Monde.

En tout cas merci à tous, car j’ai appris à dire "mort" de douze façon différentes.

Messages

  • Salut equıpe de soundsmag.

    Voıcı un petıt salut amıcal d’Istanbul ou malgre les montagnes de loukhoums quı m’attendent, je trouve le temps de lıre soundsmag.
    Et sur quoı je tombe, sur le pamphlet laıcard de davıd, Oh le vılaın petıt antıclerıcal. Bıen sur je ne suıs pas d’accord avec cette crıtıque maıs c’est un peu court ces quelques mots pour vous dıre pourquoı en 2 partıes et deux sous partıes maıs je seraı bıentot a Parıs pouır parler de tout ca avec la "redactıon".

    A dans dıx jours,

    Vıncent (gagneur)

    Ps : Vous en faıtes quoı des reponses qu’on vous envoıe ?

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.