Accueil > Francais > Cinéma > Julio Medem

Julio Medem

mercredi 4 février 2004, par Paul Kirkness

Traitant du conflit qui se déroule au Pays Basque, le documentaire de Julio Medem, La pelota vasca - La piel contra la piedra, sort très prochainement. Nous en profitons pour faire un bref récapitulatif du travail réalisé par ce grand réalisateur venu de San Sebastian...

C’est très rare de pouvoir dire d’un réalisateur que chacun de ses films est magnifique. Pourtant, il y a quelques jours, nous sommes tous arrivés à cette conclusion après avoir vu le denier né du grand maître Julio Medem (on prononce le « J » comme en français et non pas comme la jota espagnole).

La Pelota vasca est un documentaire dont le thème est le Pays Basque espagnol, passé, présent et futur. C’est un très grand documentaire où les images d’archives sont un peu laissées de côté pour privilégier la voix des gens... Et c’est beau. De ce documentaire ressort de l’humanité, de l’intelligence et un souci d’objectivité qui m’émerveille. Le sujet appelle à la controverse, il est vrai, mais seul un nombre relativement limité de critiques semble douter de la sincérité apparente du résultat. Medem nous prouve donc, une fois de plus, qu’il excelle dès qu’il s’approche d’une caméra.

La carrière de Medem débute en 1974... malheureusement pour vous (et pour nous !) les films qui précèdent Vacas sont assez rares. Nous commencerons alors en 1991, date à laquelle Julio Medem commence son envol. 1991, c’est la date de sortie du film Vacas et avec cela, le début d’un relatif succès. Ce film est situé dans la région Basque, entre la guerre civile de 1875 et la celle de 1936. Entre deux familles rivales, on va voir à quel point la lâcheté d’un aïeul peut marquer les générations qui suivent. En effet, Vacas nous fait progresser d’enfant en enfant pour découvrir comment les relations vont évoluer avec le temps... C’est une sorte de satire historique en puzzle.

Vacas nous montre pour la première fois la ravissante Emma Suarez (voir photo) dans un premier rôle au cinéma. Julio Medem fera à nouveau appel à elle, en 1993 pour jouer Lisa dans La Ardilla Roja (l’Ecureuil rouge) sort quelques années plus tard. Elle se retrouve aux côtés de Nacho Novo (Jota) qui incarne le personnage d’un homme au bord du gouffre. Le film débute avec Jota qui veut se jeter d’un pont... Mais au moment où il choisit de sauter, une jeune motarde fait une chute de ce même pont et il décide d’aller l’aider. A son réveil à l’hôpital, la jeune femme s’aperçoit qu’elle a tout oublié... et Jota va lui réinventer une vie. Une vie dans laquelle il est très présent...

JPEG - 6.8 ko
Emma Suarez

La complexité de leurs relations est analysée et développée, aussi bien dans le domaine de la manipulation physique et mentale, mais aussi la sexualité et l’amour. Ces thèmes sont particulièrement chers à Medem. On les retrouve dans presque tous ses films. Dans Tierra (1996) notamment. Là, Medem nous fait évoluer en Andalousie - dans le pays des vignobles - où le choix des décors est absolument parfait. Par instants, cette terre rouge, contrastée au bleu éclatant du ciel, a des allures lunaires. C’est un cadre idéal pour la rencontre avec le personnage principal - Angel, celui qui se définit lui-même comme étant mi-homme, mi-ange (joué par Carmelo Gomez, déjà aperçu dans Vacas).

Il vient de quitter l’asile où il se trouvait pour soigner une imagination trop abondante... et se trouve un travail d’exterminateur d’insectes. Il est donc appelé par une communauté qui vit un peu à l’écart de tout. Son travail consitera donc à éradiquer les petites bestioles qui sont apparus dans les champs de vignes et qui donnent au vin un goût trop terreux. Pendant sa visite sur place, Angel rencontrera deux femmes magnifiques, mais radicalement différentes. Ángela (Emma Suarez) est belle et cultivée... Elle aime la terre sur laquelle elle habite avec sa fille. Mais Mari est plus mystérieuse. C’est l’incarnation même du désir et de la sexualité... et elle veut s’évader, quitter l’Andalousie et partir à l’aventure.

Angel est un personnage en deux dimensions. Il vit avec un « fantôme », une image de lui-même qui rend compliquée ses relations avec les deux femmes. De tous les films de Julio Medem, Tierra est à mon avis l’un des plus exceptionnels.

Il est suivit des Amants du cercle polaire (Los Amantes del circulo polar) qui sort en 1998 avec deux acteurs qui sont nouveaux pour le cinéaste : Najwa Nimri qui joue le rôle de Ana et Fele Martinez dans le rôle de Otto. Cette comédie romantique sort totalement de toute tentative d’imposer un cadre prédéfinit. Medem joue d’ailleurs beaucoup là dessus en explorant certains thèmes récurrents avant de les dissocier, de les torturer. Ainsi le garçon tombe effectivement amoureux de la fille, un problème apparaît dans leur relation... mais là tout bascule. S’ils se sentent en effet attirés l’un par l’autre, leur rencontre finale n’est pas celle qu’on croit...

Lucia y el sexo est la parution la plus récente du répertoire de Julio Medem à part la Pelota vasca... Paz Vega est belle, l’histoire est belle et là encore on ne peut qu’être touché par le déroulement des relations, les couleurs utilisées et même les scènes de sexe qui se font comme celles de la vraie vie, pas comme à Hollywood. Rien n’est faux dans un film de Medem.

Vraiment... Si vous avez pris le temps de lire cette chronique, je vous serais reconnaissant de suivre mon conseil et de tester Julio Medem. Vous ne pouvez pas être déçus.

Messages

  • Je viens de découvrir grâce au mois espagnol sur T.P.S. quatre films de Medem que je n’avais hélas pas vus en salle à leur sortie et j’avoue que je reste sous le charme de ce cinéma original , personnel , ibérique et poétique tout à la fois qui laisse à ce réalisateur prendre la place du redondant et sans inspiration Almodovar .

    Ses comédiens sont forts, avec une vraie personnalité.
    Les scénari sont surprenants , les cadrages intéressants et il y a une vraie unité stylistique qui marque l’obsession de Medem.
    Je conforte donc cet article : n’hésitez pas à découvrir Medem avec Kusturica , il fait partie de ceux qui ont encore quelque chose à dire avec une caméra et des images .

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.