Accueil > Francais > Musique > Genesis - le 30 juin 2007

Live

Genesis - le 30 juin 2007

Le Parc des Princes, Paris

lundi 3 septembre 2007, par Sébastien Bourdon

Alors qu’est arrivé sur mon bureau le double album du concert du 30 juin, l’écoute de ce dernier me permet de revenir à cette belle soirée et d’y apporter des commentaires éclairés d’un jour nouveau.

Par un prompt renfort de deux, c’est finalement à onze que nous nous rendîmes - difficilement, les voitures c’est encombrant, la Kangoo était devenu un truc dont on voulait se débarrasser et on ne pouvait pas - au Parc des Princes.

Après des tours et détours et une longue course dans le Bois de Boulogne, nous arrivons dans le stade au moment où les premières notes de « Behind The Lines » retentissent. J’en frissonne en courant joyeusement dans la fosse, Collins commence derrière la batterie, c’est un excellent présage. Avec des extraits de « Duke » (1980), c’en est un autre, non moins excellent. Le concert me permettra de gentiment vérifier que, même vieux (57 ans), même après une pénible carrière de chanteur de variétés, Phil Collins reste impressionnant dès qu’il s’assied derrière un kit.

Je le sais bien, dès qu’il s’agit de ce groupe, je dois me battre contre moi-même pour rester objectif. En effet, voilà plus de 20 ans que je les aime et les écoute toute période confondue. Avec Gabriel, c’était la démesure, le théâtral, mais également un raffinement musical que le groupe n’a plus qu’effleuré ensuite. Avec Collins, l’énergie existante se fait plus primaire, plus efficace, le batteur devient un chanteur indiscutable, capable d’exprimer une grande palette d’émotions. Bref, je ne jette rien ou alors pas grand-chose de ce groupe et pire, je l’assume.

Alors que j’écoute l’enregistrement dudit concert avec un immense plaisir je me souviens que j’appréhendais presque de les revoir 15 ans après. L’écoute du disque me ferait presque le même effet : ai-je eu une juste appréciation de cette soirée, la vérification audio ne me fera t’elle pas revenir sur ma merveilleuse première appréciation ?

Je vais néanmoins tenter un exercice d’exemplaire sobriété. Ce groupe ayant une discographie impressionnante, dans laquelle il piochera abondamment sur cette tournée, le plus simple est peut-être de narrer ce concert en passant par la set-list :

Behind The Lines/ Duke’s End : je l’ai déjà évoqué en début d’article, je n’y reviens pas, cette introduction est impeccable.

Turn It On Again : morceau à l’efficacité indiscutable, en plus allégé sur cette tournée 2007 du pénible medley de standards rock et rhythm and blues que le groupe s’est senti obligé de nous asséner durant leurs précédentes apparitions.

No Son Of Mine : morceau récent (1991), donc, voilà, c’est plaisant, mais soyons honnête, c’est pas terrible. On fait des « hoho » avec Phil à la fin, parce que bon, quand même on est content.

Land Of Confusion : voir au-dessus. On fait encore des « hoho », mais n’y revenons pas.

Medley : In The Cage / Cinema Show / Duke’s Travel /Afterglow : Les choses sérieuses commencent. C’est sublime, c’est enlevé, c’est technique et entraînant, seul regret, la nuit eût sied à de telles ambiances et il fait encore grand jour. Un autre regret, Phil ne chante pas le thème de « Guide Vocal » (plus beau morceau court du monde) sur « Duke’s Travel ». Il est vrai que lorsque ce morceau était joué sur scène au tout début des années 80 (sur une seule tournée sauf erreur), il quittait son kit pour le chanter avec une belle intensité, avant de retourner derrière ses fûts pour « Duke’s End ».

Phil finit par quitter sa batterie pour chanter « Afterglow » ("The meaning of all that I believed before escapes me in this world of none, no thing, no one"). Bon là, je pleure presque mais je suis pudique, il fait jour quand même, je me contiens. En plus, ma chère et tendre, moqueuse, n’arrête pas de se retourner pour voir si je verse des larmes.

A la réécoute sur le disque, pour merveilleux que cela soit, c’est tout de même joué un peu plus lentement qu’à l’origine ce qui rend moins impressionnantes les parties de batterie.

Hold On My Heart : Comme une envie d’un concert de black metal, comme ça d’un coup. Ce morceau est une bouse qui tombe justement comme une merde après l’exceptionnel medley de vieux titres interprété juste avant.

Home By The Sea : J’ai douze ans, mon père rentre dans ma chambre et m’offre une cassette. Et ce soir, ce titre extrait de ladite cassette, cette histoire de fantômes réveille la fin de mon enfance.

Follow You Follow Me : Titre chiant, même si Collins pour la première fois depuis longtemps chante et joue de la batterie en même temps, et surtout pas adapté à une interprétation en stade. Sur disque, cela redevient un peu plus plaisant, mais très léger tout de même.

Firth Of Fifth : Le Genesis totalement lyrique, démesure et envolées de guitare vers le ciel gris de la porte d’Auteuil. Le genre de morceau qui a sûrement contribué à la naissance du punk (mouvement finalement beaucoup plus snob que le rock prog), mais là, je crois que je suis totalement parti, c’est juste dément.

I Know What I Like : le seul tube radio de l’époque Gabriel, je me régale toujours de cet étrange single bourré d’humour anglais (« Listen son, you’re wasting your time, there’s a future for you in the fire escape trade, come up to town »).

Mama : Voir commentaire après « Home By The Sea ». Sinon, le « hahaha raaaaahhh » m’a toujours fasciné et Collins nous le sort très bien. En plus, la nuit tombe et ça prend de l’ampleur.

Ripples : A nouveau, un risque de larmes que je maîtrise brillamment. A la réécoute, sur le live dudit concert, je contiens encore plus mal mon émotion. Jamais je n’aurais imaginé entendre ce titre en live, le cadeau est somptueux.

Throwing It All Away : Comme une soudaine envie de concert de Pantera ou de Slayer. En plus, des caméras filment au hasard dans le public et on nous impose la vision sur l’écran de beaufs ravis, c’est extrêmement putassier.

Domino : Le genre de truc qui passe bien en concert mais pourquoi avoir encore aujourd’hui bloqué le son des instruments sur l’époque où ce titre a été enregistré (1986, brrrr...). Chester Thompson nous fait un travail magnifique sur une batterie en bois mais elle est séquencée en horribles sons électroniques.

Drum Duet/ Los Endos : Bon là, rien à dire, on frise la perfection. Comme pour tout le concert, l’ensemble du groupe semble s’amuser infiniment plus lorsque le travail instrumental est réellement exigeant. Je suis extatique et voilà qu’on nous balance...

Tonight/ Invisible Touch : Je ne m’y ferai jamais, c’est épouvantable. « Tonight », je veux bien et c’est presque dommage de l’avoir écourtée, mais ce single clinquant et sucré est réellement affreux à tous points de vue.

I Can’t Dance : « C’est pas une chanson, c’est juste un gimmick, quand on a un répertoire pareil, on s’abstient de la jouer » mon beau-frère, le 30 juin 2007 au soir. C’est vrai, mais l’effet sur le public est impressionnant.

Carpet Crawlers : Là, c’est bon, je pleure comme une madeleine.

Et ce troisième concert de la Genèse, ce voyage dans le temps avec mes acolytes s’est ainsi terminé.

Pas acheté de tee-shirt, mais acheté le programme, on ne se refait pas, je peux être un fan très blaireau.

Si on fait le bilan de ces retrouvailles genesiennes, même si je fus parfois agacé ou déçu, ce ne fut pas une soirée en demi-teintes, c’était tout le temps bien, d’être ensemble à écouter des choses qui sont tellement ancrées en moi depuis si longtemps.

Et c’est une invention merveilleuse que la commercialisation de ces bootlegs officiels qui permet de revivre à la seule force du son ce genre de soirées.

« You know this is your show »

Messages

  • Bon et bien voilà, je suis également un grand fan de Genesis depuis très longtemps, j’étais également au parc des Princes en ce 30 juin 2007, mais je ne suis pas vraiment en accord avec le lyrisme de cet article. Voici ce que j’écrivais moi-même de ce concert il y a peu sur d’autres pages.

    "J’étais moi aussi présent dans l’arène du parc des Princes à Paris samedi dernier. Je ne suis pas tout à fait en accord avec les propos qui précèdent. Cependant, je n’ai pas pu assister à la première demi-heure du concert, un problème de voiture ayant fortement chamboulé l’agenda prévu. Je n’ai donc pas pu voir l’entrée en scène de nos 5 amis.
    Voici mes impressions. Au niveau sonore et visuel, je n’ai vraiment rien à redire. Le son dans le stade (plus fermé que ne l’est le Heyzel) était tout bonnement exemplaire au niveau de la pelouse où je me trouvais. Quand à la vision, quoique j’étais assez loin de la scène, elle m’est apparue excellente avec les supports des 3 écrans. Un petit bémol cependant au sujet des jeux de lumière qui n’ont pu montrer leur efficacité qu’en toute fin de concert lorsque la nuit est apparue.
    Par contre, en ce qui concerne la qualité musical de l’ensemble, j’ai quelques réserves à émettre. Si dans les morceaux qui constituent le “fond de commerce” du groupe, il n’y pas eu de gros problèmes, les chansons plus anciennes et moins “habituelles” ont parfois été franchement limite. Tony Banks n’y était pas du tout à son avantage et sa maîtrise du clavier m’est apparue bien moindre qu’elle ne l’a été par le passé. Quand à Rutherford, j’ai bien cru qu’il avait oublié sa basse à la maison. Alors que j’attendait de voir le stade trembler sous les coup de boutoir de sa basse au beau milieu de Firth of Fifth, il semblait ne plus savoir où l’on en était dans la partition et finalement s’est retrouvé aux abonné absent (ce Firth of Fifth fut vraiment une catastrophe d’ailleurs). De même le Ripples très attendu pour ma part, s’est avéré teinté de méchantes sonorités de la part de Banks à croire qu’il s’était trompé de clavier. De plus la cloture du morceau teintée de quelques notes d’un Musical Box venu d’on ne sais où m’a semblé on ne peut plus kitch. C’était pourtant une si bonne idée que d’intégrer ce morceau (mais visiblement, il ennuyait Mike et Tony à mourir).
    Struemer et sa guitare se sont retrouvé un peu “mis à l’écart” comme il a été dit plus haut, mais il a tout de même donné un fort beau solo sur Firth of fifth. Quand à Chester, même si son coup de batterie est indéniablement moins performant, je l’ai tout de même trouvé bucheur et volontaire. Je garde le meilleur pour la fin, Phil Collins a été exemplaire, donnant à lui seul la pulsion à l’ensemble, s’époumonnant comme un beau diable dans ses solos ou duos de batterie (belle leçon de volonté), sans oublié la qualité de son chant, fort, juste et très clair. Il nous a d’ailleurs donné un très beau Carpet Crawl, un peu trop “balade” pour moi, mais chanté avec beaucoup de convictions. Ce Carpet Crawl venait du coeur. Phil fut vraiment l’homme de la soirée, donnant toutes ses forces pour maintenir le paquebot Genesis hors de l’eau. S’il a simplifié plusieurs de ces parties de batterie, c’était sans jamais nuire à la qualité musicale des morceaux.
    Je le répète, je suis indéniablement un adepte du Génésis de Gabriel, mais je tire mon chapeau à cet homme qu’est Phil Collins pour son professionalisme, son abnégation dans l’effort et son grand coeur. Grâce à lui, cette soirée fut un plaisir.

    PS je ne parle pas du reste (de ce que j’ai vu) car totalement d’accord avec ce qui a été dit auparavant." (à savoir qu’en ce qui concerne l’interpretation des morceaux de l’ère Collins, plus facile à interprèter, c’était parfaitement dans la veine de ce que l’on pouvait attendre : bon, entraînant, mais pas non plus magique)

    Pour ceux et celles qui seraient interessés, je vous renvoie au blog de Classic 21 sur lequel vous serez libre de lire les propos d’avant et d’après concert d’un bopn nombre de personnes (voir l’adresse url ci-dessous)

    Voir en ligne : blog de Classic 21 (Belgique)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.