Accueil > Francais > Musique > DOWN - le 3 juin 2006

Live

DOWN - le 3 juin 2006

Paris, Elysée-Montmartre

lundi 12 juin 2006, par Sébastien Bourdon

Des crevards... C’est ainsi que Sébastien a baptisé le reste de l’équipe de Soundsmag. Lui seul, en effet, a assisté à ce concert mythique et, en lisant sa chronique, on ne peut que penser : "Merde, j’aurais dû y aller... quel crevard". Bonne lecture !

Une chose que les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent pas forcément savoir : si en entrant dans une salle pour un concert, l’un des guitaristes du groupe sur scène a un tee-shirt Thin Lizzy, vous êtes forcément tombé sur des gens au bon goût indiscutable. Thin Lizzy était le groupe le plus élégant et raffiné de l’histoire du hard rock, mais c’est une autre histoire. D’autant que Down n’œuvre pas du tout dans la même catégorie. Un petit rappel, ce groupe est composé pour moitié d’ex Pantera (Rex à la basse et Phil Anselmo au chant) et pour l’autre moitié de membres du délicat combo Crowbar (Jimmy Bower batterie, Kirk Windstein guitare) avec en plus Pepper Keenan des sublimes Corrosion Of Conformity à la guitare.

Deux albums sont nés de cette union de sauvages n’ayant plus rien à prouver mais motivés par l’envie de faire quelque chose d’un peu différent de ce qu’ils produisent d’habitude : Nola en 1995 et II en 2002.

Le genre de produit que l’on n’ose même pas espérer : le mariage brutal de Black Sabbath et Lynyrd Skynyrd.
Et surtout, comment imaginer que ces braves garçons viennent un jour jouer jusque dans nos contrées françaises. Alors, on ressort religieusement et régulièrement ces deux albums et on met le son fort pour s’y croire un peu. On soupirait d’autant plus que l’espoir d’entendre un jour Phil Anselmo live depuis la disparition de Pantera s’amenuisait de jour en jour.

Et finalement, plus de dix ans après la sortie du premier album, les voilà à Paris pour un show que l’on espérait logiquement à la hauteur de notre attente et de nos espérances.

Le chroniqueur de la présente a commencé sa soirée dans la souffrance : il a raté le début du concert, évènement rare et indépendant de sa volonté. Toutefois, à peine entré dans la salle, Phil Anselmo annonce « Losing All », et on est comme happé dans l’ambiance extraordinaire qui ne faiblira jamais tout au long du concert.

Le groupe semble extrêmement motivé et joyeux, le public est particulièrement réceptif, le son impeccable. Down soudé, joue franc et dur, les guitares sont superbes et les titres s’enchaînent nous laissant stupéfaits de nous voir offrir un si beau samedi soir sur la Terre. Aucune chute de tension ne viendra émailler ce concert où règneront la joie de jouer et la joie d’écouter.

Juste à titre de précision : plus de deux heures et demie de concert et trois rappels, la fête totale. Comme le disait la chère et tendre de l’auteur de ces lignes : « ce concert, on était tellement bien, on se serait cru à la maison. »

Les variations vocales de Phil Anselmo, presque sans faiblesses, sauf un peu en fin de concert et encore, laissent penser qu’après Pantera et Down, cet exceptionnel chanteur pourrait fort bien admirablement vieillir et devenir le Johnny Cash de notre génération.

Il faudrait d’ailleurs en dire un peu plus sur ce personnage emblématique du heavy metal. En nous, vieux fans de la musique du Diable, sommeille certainement un petit Phil Anselmo : généreux, égocentrique, colérique, sensible, fragile, arrogant, aucune de ces multiples facettes humaines n’est dissimulée dans ses prestations et surtout dans son incroyable voix. Il semble incarner ainsi nos peurs et nos colères, et lorsqu’il est bien luné, il les assume et les sublime. Sacré bonhomme.

Seb

Messages

  • Excellent concert de DOWN, pour leur premiere venue en France ils ont fait tres fort.
    Un public et une ambiance unique pour un des meilleurs concerts auquel auquel j’ai jamais assisté.
    DOWN transpire la sincerité et l’authenticité avec leur rock sudiste metalleux de la New-Orleans LouisinA, ils ont rien à prouver à personne et jouent avant tout pour le plaisir, merci DOWN.

    Note : petite precision, le groupe officiel de Jimmy Bower est Eyehategod, groupe mythique de sludge metal (lourd, pouilleux et depressif) de la Nouvelle Orleans, où il y officit en temps de guitariste.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.