Accueil > Francais > Cinéma > Comment peut-on être persan ?

Comment peut-on être persan ?

« Une Séparation » de Asghar Farhadi

mercredi 17 août 2011, par Sébastien Bourdon

A quoi sert le cinéma ? Probablement à mieux appréhender le monde. En quittant la salle obscure, au-delà de la satisfaction d’avoir vu un film passionnant, on conserve l’impression d’avoir voyagé à Téhéran et de s’être fait une idée de ce pays et des gens qui y vivent. En effet, au-delà de la parfaite maîtrise de son scenario, malgré la censure, le cinéaste Asghar Farhadi nous donne une vision de l’Iran dont il n’est pas interdit de penser qu’elle est proche de la réalité contemporaine.

Or, incroyable, figurez-vous que les iraniens sont confrontés à des situations que nous pouvons rencontrer tous les jours, comme le divorce ou la maladie de ses proches. La difficulté de recruter du personnel de confiance également, observation socialement ciblée certes, même si, me semble t’il, assez pertinente au regard du film … Sur ces postulats classiques, nombre de cinéastes français pourraient nous pondre un opus d’un ennui abyssal sur les difficultés relationnelles d’un couple bourgeois-bohême germanopratin (qui a dit Christophe Honoré ?). Il n’en est rien ici, et le succès incroyable rencontré par ce film dans notre beau pays s’explique certainement par son caractère haletant. En effet, sur les bases pourtant domestiques du récit, vous n’en resterez pas moins chevillé à votre fauteuil, en proie à un vertige émotionnel particulièrement intense. Le suspens est insoutenable, voire hitchcockien.

Ce qui rend évidemment l’œuvre encore plus intéressante, c’est le contexte, l’Iran sous domination religieuse. La vision est sûrement un peu marxiste, mais elle frappe juste indiscutablement. Les démêlés cruels et violents rencontrés par les protagonistes permettent ainsi de constater à quel point la religion est instrumentée comme un moyen d’oppression du peuple et plus particulièrement d’un évident sous-prolétariat, la femme. La foi obligatoire, chevillée au corps social par la terreur, garantit presque parfaitement l’immuabilité des statuts et le silence des opprimés. Ne s’en sortent un peu mieux que les classes moyennes, les éduqués, c’est-à-dire ceux qui parviennent à ne pas se laisser totalement aller à un tel embrigadement.

Si les femmes sont les premières victimes, c’est également dû à l’orgueil idiot des hommes, qui se refusent à la concession et au dialogue, l’un parce qu’il ne peut plus supporter d’être du mauvais côté de la barrière sociale et l’autre, parce qu’il a des principes issus de sa classe. Elles se débattent, elles crient, elles pleurent, mais malheureusement, vainement.

L’intrigue est judiciaire, dès le début du film, nous sommes placés en position de spectateur mais également de juge et sur cet aspect là, le film n’est pas moins passionnant. D’autant que notre tâche est compliquée, mais cela ne gêne le déroulement de l’histoire, par quelques ellipses dont on ne saura pas si elles sont dues à la volonté du cinéaste ou si elles constituent un moyen de contourner la censure.

Définitivement passionnant, à tous points de vue.

Sébastien

P.S. écolo

Vu avec les enfants un classique, « Le monde du silence » de Cousteau et Malle (1955). Je ne résiste pas au plaisir de vous en narrer quelques glorieux passages. Jacques-Yves et ses copains (que des mâles, la clope au bec, quand ils ne sont pas dans l’eau) étudient les coraux : ils y mettent de la dynamite, tuent plein de poissons qu’ils ramassent ensuite pour les « étudier ». Les mêmes observent les baleines : ils heurtent un cachalot avec leur navire, puis en blessent un petit qu’ils finissent par achever à la carabine. Ils attachent le cadavre à leur bateau, ce qui évidemment attire les requins. Qualifiés d’ennemis mortels des plongeurs et des marins, ces derniers sont alors massacrés par dizaines, parfois achevés à coups de hache sur le pont. Lorsque l’on voit comment se comportait le précédent écolo favori des français, on relativise quelque peu les produits de bain de Hulot ou l’hélico d’Arthus-Bertrand !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.