Accueil > Francais > Cinéma > Cinema Paradiso

Cinema Paradiso

"Macadam Popcorn" de Jean-Pierre Pozzi

lundi 26 juin 2017, par Sébastien Bourdon

"Macadam Popcorn" de Jean-Pierre Pozzi

Mathieu Sapin est un homme charmant. Dessinateur de bandes dessinées de son état, il s’embarque pour une virée sur les routes de France pour aller écouter et croquer les tenanciers de salles de cinéma (les "exploitants").

Plus que les routes, il prend en réalité les tangentes et cherche par le dialogue et la rencontre à comprendre ce qui anime les passeurs acharnés d’images animées dans des coins reculés de nos belles provinces.

Mathieu Sapin dessine souvent des voyages (la course à la présidence de Hollande "Campagne Présidentielle", le quotidien mouvementé de Gérard Depardieu "Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu",...) et c’est assez logiquement qu’on le voit en personnage principal de ce road-movie drolatique.

S’il nous dépeint un monde difficile, celui des salles de projection en résistance contre les séries télévisées et la paresse intellectuelle, le film nous donne aussi à voir des gens à la foi chevillée au corps, habités par la nécessité de réunir du monde dans une salle pour leur donner à voir cette chose essentielle, un film de cinéma.

Le projectionniste qui, justement, projetterait quelque chose, espérant que d’aucuns l’attrapent.

En filmant ces antipodes français et cinéphiles, le réalisateur nous restitue cette réalité fragile, la France reste un pays de cinéma. Même dans les coins les plus reculés des Cévennes, on peut voir des films autrement que sur un écran de télévision ou de téléphone.

Ils sont assez touchants ces fous furieux de la pellicule 35 mm, et ce d’autant qu’ils acceptent le passage au numérique et ne refusent pas de quitter une salle historique pour rejoindre un lieu tout neuf, en imaginant déjà le confort des futurs spectateurs et les films à leur projeter.

Si le documentaire se révèle parfois un peu bancal dans sa construction, hésitant entre ceux qu’il donne à voir (les exploitants de salle) et ceux qu’il met en scène (Sapin et son acolyte), il est essentiel dans sa vision inhabituelle du cinéma et de ceux qui le font vivre.

Sébastien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.