Accueil > Francais > Musique > Chickenpatte

Chickenpatte

Chickenfoot à l’Olympia de Paris

mercredi 1er juillet 2009, par Bertrand P.

Lundi soir l’Olympia est bien garnie pour accueillir Chickenfoot formation qui œuvre dans un style que nous n’avons que trop rarement l’occasion de voir sur scène : le hard rock US exécuté par des orfèvres : Joe Satriani, Chad Smith, Michael Anthony et Sammy Hagar.

Cette soirée fut un grand moment de bonheur : voir enfin sur scène, l’auteur des chœurs dans Van Halen est pour moi un aboutissement (whooh whooh whooh Jamie’s Crying !!) ! Ce Michael Anthony est un musicien exceptionnel qui n’a quasiment pas bougé d’un poil depuis le premier Van Halen (il faut dire que le gars n’était déjà pas un modèle de glamour à l’époque) et qui est responsable d’une grande partie de l’atmosphère musicale de Van Halen grâce à sa voix haut perchée.

Derrière lui Chad Smith des Red Hot Chili Peppers apporte une dynamique phénoménale au groupe avec un jeu aéré et percutant.

L’autre star, c’est bien sûr Sammy Hagar dit le Mouton du Hard Rock (titre qu’il se dispute avec Dee Snider) véritable personnage de la scène hard rock US (je vous recommande d’aller consulter les pochettes de sa discographie) qui maîtrise l’art de la voix éraillée et des hurlements comme on ne le fait plus depuis le début du grunge.

A la guitare Joe Satriani dont le jeu versatile s’adapte parfaitement à cette musique.

Le groupe a l’ait très heureux de jouer ensemble et très fier de leur dernier album dont ils ont joué la plupart des titres. Sammy Hagar nous considère comme très très chanceux d’avoir une salle comme l’Olympia et déclare n’avoir que rarement joué dans un endroit à l’acoustique aussi parfaite (elle est sans doute parfaite sur la scène mais devant ladite scène, ce n’est pas trop ça).

Les titres de Chickenfoot étant taillés pour la scène, on ne s’ennuie pas une seule seconde et on regrette que des formations telles que Cinderella, Ratt, Winger, Cats in Boots, Jake E Lee, Love/Hate, Bang Tango et bien sûr Van Halen ne viennent jamais jouer en France (il y a encore deux semaines, j’aurai ajouté Mötley Crüe mais finalement, non, on ne regrette pas qu’ils ne viennent pas nous voir....)

Alors que je m’attendais à un bon paquet de reprises, seul ’Rock Candy’ de Montrose a été joué en rappel, Sammy Hagar ayant semble-t-il accepté de la jouer sur l’insistance de ses camarades afin de boucler la boucle puisqu’il l’avait interprétée à l’Olympia avec Montrose juste avant la séparation de ce groupe en 1975 (ce qui ne LE rajeunit pas). Chanson exceptionnelle qui débute avec une intro à la slide guitare.

En conclusion : Hourra ! Ce type de groupe ne boude plus la France ; il y a un public (de vieux) pour ce genre de concert (très cher il faut le rappeler) ; c’est vraiment plus doux de sortir de l’Olympia plutôt que du Glaz’art ; tout ceci était bien sympathique mais j’attends Mastodon avec impatience.

Bertrand

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.