Accueil > Francais > Cinéma > Attention Danger travail de Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane (...)

Attention Danger travail de Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane Goxe

Questionnement sur la notion de travail

vendredi 5 décembre 2003, par Thomas Bourgenot

« Si tu as envie de travailler, assieds-toi et attends que ça passe. »
Proverbe corse

« On dit qu’il y a trois millions de personnes qui veulent du travail. C’est pas vrai, de l’argent leur suffirait. »
Coluche

A en croire les journalistes de la pensée dominante (à savoir 90% d’entre eux), nous sommes nés pour travailler, afin de consommer. Pas un éditorial sur le chômage montrant à quel point un chômeur est « démuni », « assisté », à quel point il faut que cela cesse et qu’il faut arriver au « plein emploi » (Allez hop ! Tous au boulot !), sans bien sûr expliquer que le plein emploi ne veut pas dire zéro chômage, mais passons…. Un individu sans travail ne serait alors plus un individu. Imaginez vous, il ne pourrait plus répondre à la sempiternelle question : « Et vous, vous faîtes quoi dans la vie ? ». Et ce chômeur de répondre : « Rien », on imagine la tête de son interlocuteur qui se maudit d’avoir posé une question si anodine mais dont la réponse négative lui fait revivre tous les JT de 20 heures où l’on voit des chômeurs pauvres, malheureux, obligés de mendier des petits boulots à l’ANPE…. Quelle vie ! Ou plutôt : quelle non vie !

Et si le chômeur en question était plus épanoui que le travailleur qui pense que son statut est à envier ? C’est en partant de ce principe que Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane Goxe sont allés à la rencontre de chômeurs (ses) content(e)s de leur lot, et ne voulant plus retourner au travail. « C’est imbécile et stupide » répondra Mr Allègre, ancien ministre de l’Education, en sortant de l’Université d’été du MEDEF, à Pierre Carles lui présentant le sujet de son film. Car quand on sort du MEDEF, on oublie qu’on a une tête qui sert aussi à penser, et pas seulement à la meilleure manière d’augmenter son capital.

« Attention Danger Travail » est un vrai questionnement sur la notion de travail. Et ça fait du bien dans notre société basé sur la productivité et la consommation. Car questionner le travail, c’est questionner la société elle-même, chose qu’oublient de faire nos chers éditorialistes quotidiens, qui sont persuadés que « les ménages » vont mal quand leurs achats diminuent. Et si c’était le contraire nous incite à penser Pierre Carles, si les gens vont moins dans les magasins, c’est peut être qu’ils ont des choses plus constructives à faire, plus épanouissantes que l’achat compulsif de biens de grande consommation, guidé par une publicité de plus en plus nocive et répressive, achat servant à compenser des frustrations accumulées au travail, justement… Car si on y réfléchit, ce sont peut être plus les entreprises qui ont à craindre d’une baisse de la consommation que les ménages.

Véritable leçon de journalisme d’investigation, Pierre Carles et ses comparses ne se limitent pas à des entrevues avec d’anciens ouvriers comme on pourrait s’y attendre étant donné le sujet, mais vont à la rencontre d’un ancien VRP qui ne pouvait plus supporter d’aller jusqu’à essayer de vendre des canapés à ses amis, un ancien patron de PME, ou encore d’une ex-standardiste qui voulait « vraiment faire partie de cette société, de cette grande masse de gens ». Entrecoupées de petits films d’entreprise, de films publicitaires ou de documentaires déjà existants, les discours tenus dans ce film sont pour le moins subversifs.

A quand, à l’instar des inscriptions sur les paquets de cigarettes, un avertissement sur chaque contrat de travail où serait inscrit : « le travail tue » ?

En salle depuis le 8 octobre 2003, et sûrement plus pour très longtemps…

En savoir plus : www.rienfoutre.org

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.