Accueil > Francais > Un baiser qui permet d’en dire long... sur CNN

Un baiser qui permet d’en dire long... sur CNN

vendredi 28 janvier 2005

C’est un article pas comme les autres que vient de publier CNN sur son site internet. En apparence relativement bénin, l’article s’essaie à un commentaire du film The Merchant of Venice, une adaptation de la pièce du même nom de Shakespeare. Le problème de cet article c’est qu’il se concentre exclusivement sur un baiser – un baiser entre Jeremy Irons (qui joue Antonio) et Joseph Fiennes (qui joue Bassanio).

L’article est finement intitulé « Was ‘Merchant of Venice’ gay » (ou en français – le marchand de Venise était-il homo ?). Outre le fait qu’aucun des deux personnages ne joue le rôle de, Shylock, le marchand de Venise (joué superbement par Al Pacino), ce qui rend le titre totalement hors de propos, il est possible de pousser l’analyse jusqu’à affirmer qu’il est parfaitement synonyme de ce que l’Amérique peut avoir comme questionnements de nos jours. En effet, l’auteur de l’article ne cache pas qu’il a ressenti quelques émotions gênantes devant ce baiser : « Cette nouvelle adaptation joue sur les orientations sexuelles de Antonio ».

Soyons franc, dans une analyse de l’œuvre de Shakespeare, ce genre de questions passerait inaperçue. Elle serait même la bienvenue car, comme le dit Irons dans l’article, l’époque de Shakespeare voyait l’amitié entre camarades de façon bien plus profonde que cela n’est le cas aujourd’hui – et cela pouvait s’exprimer physiquement (on se tenait la main par exemple). Ce qui me dérange moi, c’est qu’on ait pu rédiger un article de presse entier sur ce qui n’est finalement qu’un détail. Et il s’agit d’un détail bien peu significatif, car si le réalisateur Michael Radford a trouvé que les liens entre Antonio et Bassanio allaient au delà de la simple amitié mais qu’un amour fort les unissait, il était dans son droit d’interpréter la scène comme il le voulait.

Mais là est tout le problème : aujourd’hui, si l’on souhaite faire figurer une scène, dans un film grand public, où deux hommes s’embrassent, il faut immédiatement s’en justifier auprès des médias américains comme CNN… Cette dérive est dangereuse mais elle n’étonne pas dans une Amérique qui ne donne pas tous leurs droits aux homosexuels - ce qui est tout aussi inquiétant c’est qu’un article tel que celui-ci va certainement paraître en France au moment de la sortie du film, car ici aussi cela "dérange"...

En relisant cet article, je ne sais quoi penser de la tournure de phrases de l’auteur : soit, il prépare son public à quelque chose qui pourrait les « choquer » ; soit il cherche à tout prix à justifier la présence d’un baiser qu’il trouve pourtant déplacé dans un film de si grande qualité… ou pire encore, il n’a rien remarqué d’autre – le critique de film est devenu un garde fou de la morale, scrutant les raisons qui autorisent à insérer une scène de baiser entre hommes ou l’antisémitisme potentiel de Shakespeare dans cette pièce (quiconque aura lu la pièce se souviendra peut-être que cela est entièrement faux – Shylock répète à plusieurs reprises : « si vous me piquez le doigt, ne vais-je pas saigner comme un autre homme ; si vous me crachez à la figure, ne vais-je pas me sentir aussi humilié que vous si je vous crachais à la figure » ?).

Quant à moi, j’ai trouvé ce film excellent. Vous pourrez en lire une chronique très bientôt mais sachez que je vous encourage déjà à réserver vos billets pour sa sortie.

Polo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.