Accueil > Francais > Troie... une perte de temps

Troie... une perte de temps

vendredi 11 juin 2004

Wolfgang Peterson s’est fait connaître grâce à l’excellent Das Boot, un grand film où, pour la première fois, le spectateur pouvait se mettre à la place de soldats allemands durant la seconde guerre mondiale… C’était en 1981. Depuis, semble-t-il, ce même Peterson a abandonné le risque. Le voilà qui se laisse convertir par la superproduction à l’américaine. Je n’ai vu ni l’un ni l’autre mais, on le sait, il avait déjà réalisé des films tels que Air Force One et The Perfect Storm. Le voilà qui s’atèle à réaliser un film sur la guerre de Troie... Même sans l’avoir vu, on se doute bien que le résultat risque d’être dramatique.

Avant toute chose, il faut avoir à l’esprit le prix du film. En effet, Troie a coûté 180 millions de dollars… et ça fait peur. 180 millions de dollars ! J’imagine bien que pour vous aussi, voilà une somme bien difficile à imaginer. Sachez donc que Troie n’est pas le film le plus cher que le paysage hollywoodien ait pu produire (Titanic a coûté près de 200 millions de dollars), mais qu’il s’en rapproche dangereusement. Naïvement, nous pourrions donc nous attendre à voir un film où se rejoindrait plusieurs choses. Tout d’abord, avec des acteurs aux salaires exorbitants, nous pourrions espérer des interprétations convaincantes. Puisqu’il s’agit d’un film sur la guerre de Troie, les scènes de batailles devraient être impressionnantes. Enfin, avec tant d’argent (et là, je suis désespérément naïf), Peterson aurait pu souhaiter faire une reproduction intéressante et détaillée de cette guerre de Troie (en 2 heures et 40 minutes cela aurait pu se faire). Evidemment, il n’en est rien.

Commençons donc par le jeu d’acteur. Si l’on met de côté les performances de Peter O’Toole, qui incarne le roi Priam, et de Saffron Burrows dans le rôle d’Andromaque (une Andromaque plus imposante, plus belle et bien mieux interprétée que le rôle d’Hélène, joué par Diane Kruger), les acteurs sont au mieux médiocres. Brad Pitt (Achille) se complait dans un rôle de "beau gosse" au regard fougueux et aux front plissé. On peut dire sans hésitations qu’il ne se surpasse pas trop. Quant à Eric Bana (Hector) ou Orlando Bloom (Paris), ils sont catastrophiques.

La réalisation, quant à elle, n’est pas très bonne. Après des scènes de bataille aussi travaillées que dans le Seigneur des Anneaux, celles de Troie laissent nous laissent sur notre faim. Une seule scène sort du lot : la lutte entre Achille et Hector devant les remparts de la ville de Troie. Ici, sans effets spéciaux, Peterson est parvenu à réaliser une scène d’une rare beauté digne d’un Kurosawa.

Les lecteurs de l’Iliade, dont je ne fais pas partie, n’en reviendront pas… Wolfgang Peterson ne s’est visiblement pas attardé sur les vers des poètes de l’antiquité. Il écarte le rôle joué par les dieux dans la mythologie grecque (ici, pas de Aphrodite recouvrant Paris d’un brouillard pour l’empêcher de mourir de la main de Ménélas ; pas d’Apollon aidant la flèche de Paris à transpercer la cheville d’Achille…). D’autre part, la guerre de Troie, cher Monsieur Peterson, a duré une dizaine d’années… non pas 15 jours.

Troie fut trop ambitieux. Même pour un budget pareil…

Polo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.