Accueil > Francais > Orange Goblin - "Thieving From the House of God"

Orange Goblin - "Thieving From the House of God"

vendredi 28 janvier 2005

C’est encore à Seb, notre aimable chroniqueur musical, que je dois la découverte de ce petit groupe britannique. L’album qu’il me fit découvrir (en me l’offrant… merci encore !) s’appelait alors Coup de Grâce et il présentait un fabuleux atout – l’apparition de John Garcia, l’ancien de chez Kyuss, sur un titre superbe intitulé « Made of Rats ». Bref, ce groupe, c’est Orange Goblin. Le nom est mignon comme tout vous ne trouvez pas ? Pourtant la pochette donne d’autres impressions a priori. On se croirait revenu à l’époque où Morbid Angel, Death et Obituary faisaient gronder leurs doubles pédales sur leurs grosses caisses défoncés. Mais, si le nom Orange Goblin est trompeur en ce qu’il peut laisser rêver aux paysages Tolkieniens, la couverture de ce Thieving From the House of God – littéralement : voler de la maison de Dieu – ne dit pas non plus toute la vérité.

Orange Goblin, c’est bien sûr quelque chose de lourd et de peu digeste… Mais ce n’est pas non plus, d’habitude, de la musique ultra bourrine. Bien au contraire, tout bon fan de rock un peu métallisant serait épris par ces gros riffs, acérés mais tellement bien construits. On retrouve un peu de Kyuss, un peu de vieux Monster Magnet dans Orange Goblin… Mais les brits n’hésitent pas à dépasser les frontières de leur son crade… Tout leur matos est certifié des années 1970-1980… Ce n’est pas exactement un point de vente, je sais, mais au niveau sonore, ça donne !

Alors après l’excellent Coup de Grâce (celui-là même que je découvrais il y a environ neuf mois et que j’écoute très, voir trop, souvent depuis), voici le petit dernier des stoner-doomeux (j’adore inventer des adjectifs).

L’émotion était grande avant l’écoute, mais plus les titres s’enchaînaient et plus elle s’affaissait. Où était le panache, la rage et la puissance de l’album précédent ? Où étaient les titres « surprises » comme « Stinkin’ o Gin » ou « Jesus Beater » ? Coup de Grâce avait cette qualité surprenante qui permettait à l’auditeur de tordre et de détordre son coup au rythme des riffs effrénés… Ici, c’est presque niet, nada… rien. Thieving… est lourd, certes, mais bien trop lourd pour que l’on puisse y déceler un quelconque coup de maître. A l’époque, dans le titre « Your World Will Hate This », Orange Goblin se permettait d’affirmer qu’ils savaient que notre monde haïrait ce qu’ils font, mais que « c’est ce que l’on fait… pour survivre ». Ils seraient tombés plus juste en prononçant ces paroles sur Thieving From the House of God

Comme le dit si bien le premier titre de Thieving from the House of God, « some you win, some you lose » – t’en gagnes certains, t’en perds d’autres – et rien n’est plus vrai. Pour autant, je n’ai pas perdu la foi en Orange Goblin. Mais à quand un nouveau Coup de Grâce ?

Polo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.