Accueil > Francais > Moi, toi et tous les autres - de Miranda July

Moi, toi et tous les autres - de Miranda July

samedi 12 novembre 2005

Caméra d’Or à Cannes... Récompensé par le prestigieux International Filmmaker’s Awards du Festival de Sundance... Le film de Miranda July a beaucoup plu aux critiques. Nous pouvons affirmer que c’est entièrement justifié. Moi, toi et tous les autres est un petit bijou de subtilité et de sensibilité. La réalisatrice a fait très, très fort...

Christine (Miranda July) et Richard (John Hawkes) sont les héros de ce film. La première est artiste et tente désepéremment de se faire reconnaître par le musée de sa ville pour y exposer ses oeuvres. Le second est récemment divorcé et partage la garde de ses enfants, l’ado Peter et le jeune Robby. Christine est rêveuse, douce et attentionnée. Richard a une philosophie de vie plus terre à terre et, puisqu’il semble être encore amoureux de son ex-femme, souffre beaucoup depuis son divorce. Ils sont au coeur de ce film, mais une multitude d’autres personnages leur tournent autour. Chacun ayant sa part d’originalité. Chacun avec une part de rêve.

L’ambiance de ce film a quelque chose de très similaire à Garden State de Zach Braff, sorti l’an dernier. Mais Miranda July a une approche différente, plus féminine et ses personnages, de même que l’histoire d’amour entre Christine et Richard, sont plus abouttis, mieux imaginés...

C’est d’abord cette simplicité enfantine qui fait rever le spectateur. Les idées imaginées et utilisées par July sont toutes plus belles les unes que les autres - et elles sont très nombreuses. Il faut voir le film pour entrer dans le monde de July...

Toi, Moi et les Autres est une réussite technique tant au niveau des couleurs utilisées, qu’au niveau des prises de vues. Pour ce qui est des couleurs, chacun des personnage principaux est doté d’une teinte qui est la sienne à travers le film. Le personnage de Christine est associé aux roses – symbole de la petite fille réveuse qui sommeille en elle -, aux oranges et aux rouges. Pour Richard, on est plus dans des consonnances ternes... Les angles de tournage qu’a choisi Miranda July pour tourner son film sont eux aussi révélateurs du talent artistique de la réalisatrice.

Un travail remarquable pour un premier film. Miranda July n’avait jamais tourné de long métrage auparavant – un simple clip vidéo était jusqu’ici le seul témoignage de son désir de réaliser et de diriger au cinéma. Et elle entre directement dans ce nouveau monde par le haut.

Un des films les plus beaux et les plus créatifs de l’année...

Polo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.