Accueil > Francais > Mindless Self Indulgence - You’ll rebel to anything

Mindless Self Indulgence - You’ll rebel to anything

jeudi 27 octobre 2005

On s’est souvent retrouvé à avoir des difficultés lorsqu’il s’agissait d’orienter un éventuel auditeur sur le style et la qualification d’un groupe. Pour Mindless Self Indulgence c’est vraiment le cas. Le premier mot venant à l’esprit serait "barré". Malgré cela, on pourrait les rapprocher des mouvances punk, electro, thrash ou indus.

A ma première écoute (que je dois à mon cher confrère Toma) il y a cela quelques années, je ne croyais pas qu’il était possible de composer de la musique aussi chtarbée. Je ne pensais pas non plus qu’il était possible de s’asseoir pour écouter de manière sereine une musique comme celle-ci - disons qu’il s’agit d’une musique de "ouf malade"). Chaque mesure est gorgée de tension et d’énervement non-refoulé. On ne remerciera jamais assez les hopitaux psychiatriques où l’on laisse les zikos s’exprimer - les membres de MSI sont-ils d’anciens pris en charge par l’art-thérapie ? Cela ne paraît pas improbable...

Leur discographie est vraiment hors du commun. Entre les paroles tortueuses et les rythmes saccadés qui vous donnent envie d’outrepasser le niveau sonore jugé "acceptable pour les voisins" de vos enceintes. En effet, Mindless Self
Indulgence s’écoute fort. Ce n’est pas le genre de pollution sonore qui passera inaperçue dans vos soirées mondaines... Alors attention !

Leurs concerts sont des trips à part entière dans lesquels le groupe insulte le public - ainsi que leurs propres mères. Certains bouts de leurs concerts sont d’ailleurs insérés dans leurs albums studio pour le plus grand plaisir des auditeurs excités.

Dès que j’ai appris la sortie de ce nouvel album, j’ai ingurgité sans tarder leurs précédents délires, et ce avec toute l’énergie d’un toxico. Aujourd’hui, l’écoute attentive de You’ll Rebel to Anything me contraint malheureusement à retourner vers les valeurs plus sures de leurs précédents disques pour faire passer la pillule de la
déception. Peut-être que les psychologues avaient finalement raison. A force d’avoir extérioriser leurs petites bêtes, MSI se porte nettement mieux et par conséquent, leur musique sort perdante du combat. On parle ici d’un groupe de rock en chute libre... dommage.

On a un peu l’impression que la folie a été peu à peu domptée et que le tranchant du couteau n’y est plus tellement... C’est donc une veritable déception pour un groupe qui jusqu’ici n’avait pas fini de retourner nos neurones trop ordonnés. C’est énervant de voir que Mike Muir avait raison lorsqu’il disait que tout groupe a un zénith musical...

Arthur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.