Accueil > Francais > Metric - "Old World Underground, Where Are You ?"

Metric - "Old World Underground, Where Are You ?"

vendredi 10 septembre 2004

« Dead disco / Dead funk / Dead rock’n’roll / Remodel / Everything has been done »

C’est au cinéma que j’ai découvert le groupe Metric. A vrai dire, c’était même avant la projection d’un film, pendant les bandes annonces. Celle du film Clean commence avec une chanson qui m’a tout de suite plu. C’est en allant voir le film d’Olivier Assayas la semaine dernière que je découvrais le nom du groupe… Metric.

Deux choses m’ont marqué concernant Metric au premier abord. La première c’est que je sifflotais le titre « Dead Disco » à la sortie du cinéma. J’étais happé par le rock un peu new wave de cette chanson pleine d’entrain. La deuxième chose qui m’a frappée est plus personnelle : j’ai trouvé qu’Emily Haines, la chanteuse du groupe, était magnifique… Et c’est vrai qu’elle est belle. Mais j’ai souhaité me détacher de cela pour la chronique de Old World Undergound. J’imagine à quel point ça doit être épuisant que des critiques fassent référence au sex-appeal pour parler de la musique...

Alors j’ai écouté l’album du groupe.

Chez Metric, on retrouve quelque chose de très eighties avec cette utilisation du synthé. Cela ne manquera pas de vous rappeler New Order, The Cure ou encore Blondie. Mais à cela il faut ajouter une touche de rock seventies dans le style de The Velvet Underground. Il est évident que les trois autres musiciens du groupe (James Shaw, Joshua Winstead et Joules Scott-Key) sont bourrés de talent. Certains des riffs sont pleins de venin, d’autres moins énervés. Pourtant, les mélodies de Metric sont parfois trop simplistes. Mais le groupe marque des points en parvenant à créer quelque chose d’original. On aimerait penser qu’ils aient inventé une nouvelle forme musicale… appelons ça du dance-punk d’ailleurs (j’aime bien cette appellation…).

Dans le titre « Succexy », Emily Haines s’adresse directement au gouvernement américain, mais aussi à son public, qu’elle accuse d’être bien trop complaisant. Elle nous prévient que « tout ce qu’on fait c’est parler, rester assis, changer de chaîne / tandis que la patrie planifie ses ennemis » (traduction par moi). Des paroles bien ironiques après lesquelles Emily offre de « boire un coup en l’honneur des militaires ». Et ce n’est pas tout car dans le titre « IOU », l’ironie est tout aussi présente : “ Est-ce que nos bombes qui tombent leur apparaissent comme des étoiles filantes ? ”... Bref, Metric – vous l’avez peut-être deviné – est contre la guerre.

Les paroles d’Emily sont souvent comme ça - vives, astucieuses et très critiques. Après la guerre elle s’en prend directement aux ‘djeunes’ d’aujourd’hui (« List ») : ces personnes qui s’intègrent par le vêtement et par le goût commun (musical, entre autres…), des gens qui recherchent l’adhésion au groupe par l’apparence (être cool, branché, ‘trendy’)… d’être habillé comme telle ou telle rock star (nul doute, pourtant, qu’on retrouvera sans mal ces ‘djeunes’ dans un public de Metric mais bon…). Bref, les paroles d’Emily sont drôles. Elles peuvent parfois être aussi poétiques que politiques.

Et moi qui m’était juré de ne pas m’intéresser de trop près à tout ce qui pouvait être trop ostensiblement eighties, me voilà charmé ! D’ailleurs, comment ne pourrait-on ne pas l’être face à la voix de miel liquide d’Emily Haines.

Metric est très bien parti avec Old World Underground. Reste maintenant à savoir s’ils tiendront la route pour leur prochain album.

Polo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.