Accueil > Francais > Melinda and Melinda - un film de Woody Allen

Melinda and Melinda - un film de Woody Allen

vendredi 21 janvier 2005

Il existe une différence très nette entre le tragique et le comique. La vie elle-même peut apparaître sous une forme ou sous une autre… mais tout dépend de notre façon de l’observer. C’est un choix que l’on fait sciemment. On peut « rire de tout », mais on peut aussi choisir de s’appuyer sur ces détails de la vie quotidienne qui la rende parfois triste. Un dramaturge se pose souvent cette question, à savoir ce qu’il doit observer de son entourage : ces petites choses qui nous font rire, quoiqu’elles soient, ou bien ces choses plus désespérantes, plus tristes…

Woody Allen s’attaque à cette différence de genre artistique dans son dernier film Melinda et Melinda. On y voit deux versions différentes de la vie de Melinda (dont le rôle est interprété avec brio par Radha Mitchell) à une période où la jeune femme se cherche. C’est avec génie que Allen nous introduit ces deux petites histoires : ce sont deux dramaturges, dînant dans un petit bistrot parisien, qui vont chacun raconté à leur version – épicée par leur « spécialité » tragique ou comique – l’histoire de la jeune femme. Autant vous dire que Melinda et Melinda repose sur une idée toute simple mais merveilleuse !

Un aspect très réussi de ce film est le choix des acteurs. Peu d’entre eux sont « connus » (d’ailleurs, voilà un sujet qu’aborde Woody Allen aborde dans ce film…), ce qui rend ce petit film extrêmement sympathique. Dans la version tragique, on notera le jeu de Chloë Sevigny, de Johnny Lee Miller et de l’exceptionnel Chiwetel Ejiofor dans le rôle du compositeur d’opéra… La version comique nous offre une participation remarquée de Will Ferrell (pourtant un acteur qui ne dépasse pas d’habitude le calibre de Ben Stiller), ou encore de la ravissante Amanda Peet.

Voilà un film enivrant qui replace Woody Allen dans la catégorie des grands (après quelques petites déceptions : Small Time Crooks en 2000 ou Anything Else en 2003…). Certes, le réalisateur n’a pas pour ambition de changer de « style », car si l’on met de côté Sweet and Lowdown (l’histoire du guitariste de jazz interprété par Sean Penn), les histoires de Allen restent en général des comptes qui décrivent de bons bourgeois New Yorkais, cultivés, fanatiques de musique classique ou de jazz… Mais il reste évidemment un incontournable artiste. Et ce n’est pas Melinda et Melinda qui cassera le mythe.

Polo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.