Accueil > Francais > La société de l’image

La société de l’image

samedi 4 juin 2005

Jacques Ellul avait raison, on est vraiment dans la merde. Non, j’déconne, j’ai même jamais lu du Jacques Ellul. Mais aujourd’hui je suis triste et inquiet. Je pousse peut-être un peu le bouchon trop loin...

De nos jours le souci de l’image de soi a reçu une promotion. A l’échelle de nos valeurs, il a pris un coup de pouce vers le haut... Je suis attristé de voir aujourd’hui des gens à une fête se montrer joyeux face à la caméra sans forcément l’être lorsque l’objectif n’est plus pointé vers eux. De plus en plus, on voit des gens pour lesquels il est plus important de se rappeler ou de montrer que l’on a passé une bonne soirée que de l’apprécier sur le moment. Si on a une bonne photo, où l’on a l’air heureux, c’est que
forcément on l’était. Je ne comprenais jamais comment certaines personnes pouvaient filmer un évènement dans sa totalité sans regretter de ne pas avoir apprécié correctement le moment.

Avec la prolifération des appareils photos numériques et des
téléphones portables avec capacité photographique voire
filmographique, ceci est de devenu une norme. Les poses sont de plus en plus accentuées, étant donné que quelques secondes après la prise de vue, la photo est consultable et l’on peut voir et choisir son image. Ce choix fait un monde de différences et ces implications sur nos comportements sont vastes. C’est en effet toujours assez pratique de
se balader avec un mirroir lorsqu’on est imbu de son image.

Quand la technique pousse à ce que l’image de l’expérience soit plus importante que l’expérience elle-même, on ne ressent plus rien, on ne fait que créer l’illusion.

— -

Arthur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.