Accueil > Francais > Das Leben der Anderen - Florian von Donnersmark

Das Leben der Anderen - Florian von Donnersmark

samedi 3 mars 2007

Lorsqu’on tombe sur Das Leben des Anderen, on se demande dans l’immédiat pourquoi Florian von Donnersmark, réalisateur et scénariste de ce chef-d’oeuvre à la fois atypique et authentiquement allemand, en a fait un film et non un livre. On trouve vite des réponses. La caméra ici, comme la Stasi en République démocratique allemande, n’épargne personne en mettant à nue toute leur complexité. Les personnages, ni dénoncés ni disculpés, semblent travailler tout au long du film pour mériter la sympathie du téléspectateur, devenu tantôt complice du voyeurisme policier, tantôt observateur indépendant.

Une caméra parfois très subjective – l’écrivain Dreyman est montré pour la première fois à travers le regard professionnel de l’agent Wiesler – et tout aussi trompeuse que les promesses ou les trahisons des personnages, leur volatilité, leur impuissance désespérée. L’histoire oscille entre les différentes surfaces spectaculaires – le spectacle lui-même, la renommée, la carrière et le devoir de loyauté – et la vérité particulièrement laide et nuancée lorsque Wiesler et Dreyman s’efforcent de la découvrir à tout prix.

Alors que des listes d’indicateurs sont publiées dans les anciens pays communistes, comme si on voulait revenir au bon vieux temps de la chasse aux sorcières en utilisant le passé comme prétexte, ce film se sert de l’Histoire comme un simple prétexte pour la mise en scène de ses personnages, tous si peu manichéens, profonds, complexes et ambivalents, tantôt idéaux-types weberiens de la société communiste puis post-communiste, tantôt individus libres.

Chris

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.