Accueil > Francais > Crustacés et Coquillages - de Olivier Ducastel et Jacques Martineau

Crustacés et Coquillages - de Olivier Ducastel et Jacques Martineau

samedi 2 avril 2005

Martineau et Ducastel, les réalisateurs de ce film travaillent bien en duo. Jusqu’à présent, ils ont réalisé quelques films plutôt agréables, bien qu’ils ne soient en rien exceptionnels. Il y eu Jeanne et le Garçon Formidable, Drôle de Félix et Ma Vraie Vie à Rouen - des films qui restent sans très grande prétention, mais qui tentent parviennent tout de même à toucher leurs spectateurs... et bien souvent, de les faire rire.

Alors Crustacés et Coquillages, je suis allé le voir. Mais moins pour ces deux réalisateurs que pour Valéria Bruni-Tedeschi... En effet, depuis Ceux qui m’aiment prendront le train, j’ai une très belle image d’elle. D’autres fois, le résultat est décevant (c’était le cas pour Ah ! Si j’étais riche...) mais il y a bien des films où elle est fantastique (Il est plus facile pour un chameau ou encore La Seconda Volta). Ici, Valéria incarne le personnage d’une femme assez peu "conventionnelle". En tout les cas, une femme qui se pense comme telle. En vacance avec son mari (Gilbert Melki) et ses enfants, elle se retrouve rapidement prise au jeu que lui impose son amant - celui de trouver les bons moments pour faire l’amour sans être vus (sur la plage, sous la douche, dans le jardin... mais gare à Melki). Bref, une femme sans trop de scrupules et peu de cette moralité "conventionnelle". Et l’on découvrira que le mari, lui non plus, n’en a pas trop non plus...

L’histoire en elle-même est très banale... Seule petite pointe d’originalité : la soi-disant découverte de l’homosexualité de Charlie par ses deux parents. Là, il existe bien un travail sur les personnages que Ducastel et Martineau maîtrisent bien... mais c’est aussi - et surtout - grâce à Valéria Bruni-Tedeschi, seule véritablement bonne actrice du film. Charlie fait mal à regarder tellement il est rarement naturel. Quant à Melki, il ne se dépasse certainement pas. Il est vite eclipsé par l’arrivée de Jean-Marc Barre sur la scène du film.

Brièvement, on pourrait recommander ce film pour ceux qui veulent passer un moment agréable. Mais attention à ceux qui recherchent des sensations fortes... Elles sont presque absentes ici.

Polo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.