Accueil > Francais > Converge - "You Fail Me"

Converge - "You Fail Me"

vendredi 10 septembre 2004

La bande son d’un road movie. C’est à cela que ressemblent la première minute de You Fail Me. C’est presque comme si Converge reprenait de là où il s’était arrêté en 2001… Mais si, souvenez vous ! Jane Doe se terminait sur les mêmes sonorités dissonantes. En tous les cas, les fans du groupe peuvent d’ores et déjà se sentir rassurés car le titre suivant, « Last Light », est dans la même veine qu’un album comme Jane Doe. A ce niveau là, il n’y a aucun souci à avoir. Le hardcore de Converge est intact : recherché et clair à la fois ; construit et discordant ; bourrin et aérien…

Un monstre de bruit prend forme au fur et à mesure que les titres s’enchaînent et on prend conscience que Converge sait se différencier de la masse. S’il est vrai que leur metal-hardcore frôle souvent le grindcore d’un groupe comme Napalm Death, ici les structures sont ultra construites. Derrière ce qui pourrait passer pour un mur de son, les riffs sont précis et on parvient même à discerner des mélodies assez entraînantes. C’est toute la force d’un groupe comme Converge : on n’a pas l’impression d’être confronté à quarante minutes de bruit inaudibles comme savent parfois très bien le faire des groupes comme Botch ou Dillinger Escape Plan (avec lesquels il existe d’ailleurs de grandes similarités). Avec Converge, on est presque là à chantonner, à murmurer ce qui apparaît comme un refrain. On peut joyeusement apprécier le son d’une guitare, de la batterie, de la basse ; et ce sans que la confusion qui règne malheureusement sur trop d’albums de hardcore.

Les douze titres de You Fail Me pour le moins revigorant. Tiens ! On a même le droit à un petit morceau acoustique de sept minutes intitulé « In Her Shadow » - fort sympathique et presque nécessaire ! Le reste du temps, on s’expose aux hurlements de Jacob Bannon (l’homme aux milles tatouages) et à ses riffs parfois sursaturés que manie tellement bien le sieur Kurt Ballou. Au niveau technique, cet album est un bijou. Le travail qui a découlé sur You Fail Me est quelque chose d’impressionnant et l’écoute d’un titre comme « Black Cloud » qui mélange la vieille et la nouvelle école du genre ne servira qu’à le démontrer.

Converge avance toujours et encore, faisant évoluer un genre trop souvent soumis à des barrières strictes. Ces barrières, nos quatre comparses les tordent dans tous les sens, les découpant à grands coups de riffs tranchant… Dommage pour cette couverture de pochette de mauvais goût (bien loin des coups de crayons de Derek Hess) car le contenu est plus qu’explosif.

Polo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.